Magali Boisseau Becerril (BedyCasa) "L'entrepreneuriat ne s'apprend pas, il se vit !"

Elle est jeune. Elle est belle. Elle est intelligente. Et elle a surtout eu LA bonne idée. A 32 ans, Magali Boisseau vient de recevoir le Travel d'Or 2012 dans la catégorie jeune pousse pour son site BedyCasa. Interview d'une jeune entrepreneuse pleine de peps.

magali boisseau 250
Magali Boisseau Becerril, fondatrice de BedyCaa © Magali BOISSEAU BECERRIL

Parlez-nous de votre parcours...
Magali Boisseau Becerril : Je suis titulaire d'un Bachelor Management & Master Commerce International. J'ai d'abord travaillé dans le marketing & développement pour une entreprise d'import-export d'huiles essentielles, puis dans l'agro-alimentaire. J'ai passé dix mois par an à l'étranger en changeant de pays chaque semaine... avant de fonder BedyCasa.

Justement, comment est né BedyCasa ?
M. B. : L'idée m'est venue lorsque j'étais adolescente, suite à un échange intra-scolaire en Angleterre. J'ai réitéré cette expérience du séjour chez l'habitant tout au long de mes études puis lors de mes voyages d'affaires. Lorsque je rentrais le soir à ma chambre d'hôtel, je ressentais en effet une certaine frustration de ne pas pouvoir rencontrer des locaux. Je ne trouvais pas non plus normal que voyager coûte si cher et je voyais dans cette formule une possibilité de rendre accessible le voyage tout en étant immergé dans la culture du pays. J'ai d'ailleurs rencontré énormément de voyageurs qui ressentaient le même besoin. C'était donc une évidence : il fallait créer un outil rassemblant toutes ces offres et permettant à ceux qui recherchent ce type d'hébergement de pouvoir échanger afin "d'humaniser" l'offre locative.

L'idée m'est venue lorsque j'étais adolescente

Comment l'aventure a-t-elle démarré ?
M. B. :
J'ai commencé à réunir mes premières adresses sur un blog en 2007 que j'ai professionnalisé en 2009. La version bêta a duré un peu plus d'un an, le temps de trouver le bon modèle économique (c'est-à-dire, sans frais supplémentaires pour le voyageur et en y intégrant un aspect sécuritaire) et de développer nos innovations. Nous avons fait une refonte complète du site fin 2011.

Quel est le concept ?
M. B. : BedyCasa est un site communautaire de réservations de chambres chez l'habitant à travers le monde, dans 162 pays. Le principe du site est d'organiser de façon sécurisée ce marché existant du logement chez l'habitant. Le but est de réunir l'offre et la demande en y apportant un côté convivial et en proposant au voyageur de réserver en ligne chez le particulier, comme il le ferait pour un hôtel.

Quel est le profil des membres ?
M. B. : C'est d'une part une communauté de voyageurs venus du monde entier et d'autre part une communauté d'hébergeurs majoritairement représentée par des femmes entre 40 et 65 ans. Beaucoup de femmes sont seules chez elles ou ont de la place inoccupée dans leur habitat. Elles trouvent en BedyCasa l'occasion de partager une expérience humaine forte. Pour elles, c'est un moyen de compléter leurs revenus tout en s'enrichissant de ces nouvelles rencontres. BedyCasa rompt la solitude et offre une passerelle vers l'échange et la découverte des différentes cultures. 

Vous venez de recevoir le prix Travel d'Or dans la catégorie "Jeune pousse". Que représente cette récompense ?
M. B. : A mon niveau, ce prix symbolise toute la détermination et la persévérance que j'ai voulu mettre dans mon projet depuis le début. Il représente aussi une équipe de passionnés qui grandit jour après jour et qui partage des valeurs communes. Le marché de l'hébergement chez l'habitant est un marché encore en pleine structuration où l'humain est omniprésent. Or, qui dit humain dit non seulement travail rigoureux mais aussi écoute particulière apportée aux clients et à ses besoins.

Comment expliquez-vous la réussite du site ?
M. B. : BedyCasa était précurseur dans cette activité de logements chez l'habitant. A la différence de ses confrères, le site se concentre sur un marché où l'habitant est présent sur place pour pouvoir proposer une attention particulière au voyageur. L'offre s'est construite naturellement à partir d'un carnet d'adresses personnel qui a grossi au fil des années. Ainsi, même si un faible pourcentage de cette offre se retrouve naturellement sur les autres sites, la majorité des hébergeurs est propre à BedyCasa. Il existe un affect très fort entre les membres du réseau et notre équipe.

Selon vous, quelles sont les qualités requises pour créer son entreprise ?
M. B. : L'entrepreneuriat ne s'apprend pas, il se vit ! Je dirais que pour pouvoir surmonter les difficultés, il est nécessaire de réunir les qualités suivantes : positivisme, réalisme, rigueur et organisation, ouverture d'esprit, écoute, anticipation et plus que tout persévérance !

J'ai toujours souhaité m'entourer de personnes dynamiques, motivées, créatives et forces de propositions

Quel manager êtes-vous ?
M. B. : Le management participatif est mon credo ! J'en fais une véritable philosophie de vie. J'ai toujours souhaité m'entourer de personnes dynamiques, motivées, créatives et forces de propositions. Ce qui m'a le plus motivée pour créer mon entreprise est le fait de pouvoir mener mon projet de A à Z, d'être créative et autonome et de m'entourer de personnes portant ces mêmes valeurs. Enfin, je dirais comme Pierre Lévy : " Personne ne sait tout, tout le monde sait quelque chose, et la totalité du savoir vit dans l'humanité toute entière ". Une réussite ne se crée pas à partir que d'une seule personne mais bien à partir d'une synergie de compétences et de qualités humaines diverses.

Votre plus grande fierté ?
M. B. : C'est clairement d'avoir réussi à générer ce catalyseur d'énergie positive provenant de l'équipe mais également des actionnaires et des membres du réseau BedyCasa. Les valeurs comme la tolérance, l'esprit d'équipe, l'humilité, l'entraide, la générosité, l'écoute, le travail, le partage et le positivisme sont les valeurs propres à BedyCasa qui en font sa réussite et que je souhaite propager largement.

repdom
Magali Boisseau, ici en République Dominicaine où elle a fait l'une de ses plus belles rencontres. © Magali BOISSEAU BECERRIL

Votre plus beau voyage ?
M. B. : C'est assurément le Tour de l'Amérique Latine en sac à dos à la rencontre des locaux. J'avais notamment rencontré une famille mexicaine qui m'avait véritablement fait ouvrir les yeux sur les différences culturelles. Cette famille ne possédait rien mais disposait d'une richesse intérieure telle qu'il m'était difficile de revenir dans mon pays sans penser à elle. Ils n'avaient ni eau courante, ni électricité, vivaient dans une région reculée en communauté avec les indiens du Chiapas mais portaient sur leur visage une joie de vivre éclatante et de force intérieure qu'ils partageaient avec la plus grande humilité.

Votre plus belle rencontre ?
M. B. : Je l'ai faite en République Dominicaine auprès d'Antonio et de sa grande famille de 10 enfants et de 25 petits-enfants localisée dans un petit village proche de La Romana. Ce senior de 80 ans est un entrepreneur invétéré et un père de famille responsable ! Antonio a tout construit de ses propres mains. Il a non seulement bâti le foyer et construit les meubles provenant de matériaux récupérés çà et là mais a également fait appel au microcrédit pour monter sa petite entreprise d'ébénisterie afin de partager son amour du bois et afin de montrer à son village qu'il était possible de créer et d'entreprendre dans ce beau pays où la population locale est bien souvent laissée de côté.

Votre voyage idéal ?
M. B. :
Aller rencontrer les membres hébergeurs de la communauté BedyCasa des pays du Sud qui ont une richesse propre à apporter aux pays industrialisés.

Pas de voyage réussi, sans...
M. B. : Ouverture d'esprit, observation et écoute !

Votre prochain voyage ?
M. B. : J'ai plusieurs cibles potentielles car j'ai la chance de me faire inviter aux quatre coins de la planète par les membres hébergeurs de BedyCasa, ce qui est très agréable (Japon, Espagne, Cameroun, Thaïlande...). Je dois néanmoins me concentrer sur la gestion de mon activité, très "gourmande" en énergie. Je ferai certainement partie des "very last minutes".

Un conseil pour les voyageuses ?
M. B. :
Je pense qu'aucun conseil n'est universel. Le meilleur que je pourrais donner serait de suivre son instinct car s'il y a bien une chose de non-cartésienne, c'est le voyage !

Vos projets ?
M. B. :
Faire grandir la communauté de BedyCasa et intensifier l'échange culturel en rendant accessible le voyage à tous !

A lire aussi


bedbx

Loger chez l'habitant : les trucs d'une spécialiste

Chambre chez l'habitant, couchsurfing, maisons d'hôtes, familles d'accueil, gîtes... Le logement chez l'habitant est dans l'air du temps. Lire

 

Autour du même sujet