A Saint-Sébastien, la gastronomie ne connaît pas la crise

La province de Guipuscoa, en Espagne, a fait de la gastronomie son gagne-pain. Elle forme chaque année des étudiants à l'art culinaire basque au sein du Basque Culinary Center...

A Saint-Sébastien, les amateurs de saveurs basques ne sont pas en reste : jambon Serrano, croquettes et autres tapas ornent les comptoirs des bars à pintxos de cette cité balnéaire du nord de l'Espagne. Inauguré en 2011, le premier centre universitaire gastronomique : le Basque Culinary Center fait recette.

Une université en plein bouillonnement

bcc
Un cours du Basque Culinary Centre © AFP

Avec 12 étoiles au compteur des restaurants, Saint Sébastien est la ville au monde la plus étoilée : peu étonnant que le Basque Culinary Center y ait installé ses fourneaux. Supervisée par de grands chefs dont Ferran Adrià ou Michel Bras, cette jeune université ouverte en 2011 forme des étudiants à l'art culinaire basque. Chaque année, ils sont une centaine à se délecter des précieux conseils de ces professeurs en chef : "Tous les jours, ils nous apprennent des astuces, pour que nos préparations soient encore meilleures. Dans le cas des haricots, il s'agit de les " effrayer ", comme dit le professeur, en leur versant de l'eau froide quand ils arrivent à ébullition", explique Esteban, heureux toqué du Basque Culinary Centre. Pour ces étudiants en tabliers, il s'agit de ne pas perdre une miette des cours. A l'université de la gastronomie, les frais de scolarité s'élèvent à 8 000 euros par an. Une somme gourmande pour la jeunesse d'un pays en crise mais un bon pari pour l'avenir. "Nous ne sommes pas inquiets sur les perspectives d'emploi. Certains qui sont là depuis un an ont déjà reçu des propositions", assure Joxe Mari Aizega, le Directeur du Centre. Pour lui, "la gastronomie est un atout touristique de plus en plus important". "En ce sens", ajoute-t-il, "nous entendons contribuer à l'attrait économique" du Pays basque.

La gastronomie, mère nourricière de l'économie basque

Cette université est non seulement bonne pour la jeunesse mais aussi pour la santé économique de la région, majoritairement nourrie par le tourisme. Selon une enquête menée en 2011 par le gouvernement basque, sept touristes sur dix qui visitent la région le font parce qu'ils sont alléchés par l'offre gastronomique. En août 2012, près de 280 000 touristes ont visité la région, faisant de la dégustation de tapas, leur pêché mignon. "Les asiatiques nous demandent surtout tout ce qui est à base de poisson et fruits de mer, tandis que les français aiment beaucoup les préparations à base de champignons" témoigne Amaiur Martinez, co-propriétaire d'un bar à Saint-Sébastien. Espérons que les goûts de ces étrangers ne changent pas !


A lire aussi :

Pain / Espagne