Le Tchad interdit la burqa

Le port de la burqa, ce voile intégral cachant le visage, est désormais interdit au Tchad après le double attentat suicide qui a fait 33 morts lundi 15 Juin. Une première sur le continent africain.

Le Tchad interdit la burqa
© lucvar101

Pour des raisons de sécurité, le port de la burqa sera désormais prohibé au Tchad, non seulement "dans les lieux publics et les écoles, mais également sur toute l’étendue du territoire", y compris dans les lieux de culte. Cette annonce du Premier ministre Kalzeubé Pahimi Deubet à la veille du début du Ramadan survient après le double attentat suicide de N’Djamena qui a plongé la capitale tchadienne dans l’horreur. Trente-trois personnes ont trouvé la mort et 121 ont été blessées dans cette attaque du commissariat et de l'école de police par quatre kamikazes.
"Le port de burqa, ou tout autre système de port de turban où on ne voit que les yeux, ce camouflage est désormais interdit", a précisé Kalzeubé Pahimi Deubet, pour éviter que des explosifs soient cachés sous cette tenue. Il a ajouté que les services de sécurité ont ordre d’entrer dans les marchés et de brûler toutes les burqas qui y sont vendues. Il a prévenu que "tous ceux qui refusent d’obtempérer et qui se hasarderaient à braver la mesure en portant la burqa doivent être arrêtés, jugés en référé et condamnés"
A travers cette décision, le président poursuit sa lutte contre la secte Boko Haram, suspectée d’être à l’origine de l’attentat. Depuis 2013, Idriss Déby a engagé ses soldats contre les djihadistes au Mali, et plus récemment au Nigeria. L’annonce, qui semble définitive, n’est pas passée inaperçue dans ce pays qui compte 53% de musulmans. C'est la première fois qu'une telle mesure est mise en place sur le continent Africain. Jusqu'à présent, seule une interdiction partielle (seulement dans les lieux publics) de la burqa était en place au Congo.

Voir aussi :