Attentat à Nice : la France entre état d'urgence et deuil national

CARNAGE - La ville de Nice a été le théâtre d'une terrible attaque jeudi 14 juillet, alors que les habitants étaient dans les rues pour assister au feu d'artifice. Un camion a foncé sur la foule sur la Promenade des Anglais, fauchant des dizaines de personnes sur son passage, laissant des cadavres d'adultes, d'enfants...

© Claude Paris /AP/SIPA

Réveil... et cauchemar. L'innommable est arrivé, encore. La France a été touchée le jour de sa Fête nationale. C'est à Nice, vers 23 heures, que l'horreur s'est produite. Malgré l'attention des services de sécurité, malgré le souvenir  d'un Euro heureux, un homme au volant d'un camion blanc a ôté la vie à des familles entières, des amis, des touristes venus profiter du spectacle du 14 juillet sur la Promenade des Anglais. Il a écrasé plus d'une centaine de personnes sur près de 2 kilomètres. Comme vous, Le Journal des Femmes est dévasté par cette terrible nouvelle et voulait exprimer sa solidarité avec les proches des victimes.   

A la suite de ce drame, le plan blanc a été déclenché dans les hôpitaux niçois, comme ce fut le cas le 13 novembre. Mis en place en 2004 dans chaque hôpital, il permet une meilleure coordination des services dans une situation sanitaire d'urgence.
Le département des Alpes-Maritimes a été placé au niveau alerte attentat du plan Vigipirate.
Le concert que Rihanna devait donner au Stade de l'Allianz Riviera, vendredi 15 juillet, et le Nice Jazz Festival, sont annulés. 
François Hollande a annoncé cette nuit, vers 3h45, que l'état d'urgence était prolongé de trois mois, alors qu'il devait initialement s'achever le 26 juillet.
La Mairie de Paris a mis ses drapeaux en berne et le Président a décrété 3 jours de deuil national les 16, 17 et 18 juillet.
La 13e étape du Tour de France, en Ardèche, est maintenue et la sécurité est inchangée. Celle-ci est dédiée aux victimes et une minute de silence a été observée avant le départ du peloton. Enfin, Marseille a annulé le feu d'artifice prévu vendredi 15 juillet. 
Depuis quelques heures, les Niçois se présentent spontanément pour donner leur sang dans les centres de l'EFS, et ce en l'absence d'appel officiel de l'Etablissement Français du Sang qui a assuré sur Twitter que "les besoins en produits sanguins [étaient] couverts". L'EFS appelle toutefois les Français à se "mobiliser dans la durée". 

© Alberto Estevez/SIPA