Thierry Ardisson, un homme amoureux à Angoulême

Veste de costard et T-shirt noir (of course), Thierry Ardisson voit pourtant la vie en rose depuis sa rencontre avec la journaliste Audrey Crespo-Mara, ravissante à son bras et en robe fuchsia. Rencontre fortuite avec l'animateur star, passionné et passionnant.

Thierry Ardisson Interview

Provoc', acerbe, irrévérencieux ? Pas du tout. L'homme de nos nuits blanches, le roi du talk-show a en effet une répartie à toute épreuve, mais c'est un homme charmant... et très épris de sa jeune épouse qu'il caresse du regard, et pas seulement. C'est leur première fois... à Angoulême et ils comptent en profiter. Néanmoins disponible pour une interview au débotté, le présentateur de Salut Les Terriens! délaisse sa tendre moitié quelques minutes et accepte de piocher une dizaine de questions parmi la centaine de petits papiers. La langue de bois ? Thierry Ardisson ne connaît pas !

Que trouve-t-on à Angoulême ?
Thierry Ardisson : Un esprit, peut-être pas une famille, mais assurément une belle communauté : celle du cinéma français. Je suis ici parce que la déléguée générale du FFA, Marie-France Brière, m'a fait commencer à la télé, contre l'avis général. Je lui en serai toujours reconnaissant. C'était en 1985, elle a cru en moi, le mec qui venait de la pub, qui était ni à l'aise ni doué devant la caméra. Elle m'a dit "quand tu seras sur le plateau comme au restaurant, ce sera gagné"... ça m'a pris 15 ans.
Ma présence s'explique aussi, parce que mon luxe depuis 2005, là où j'ai choisi de dépenser mon argent, c'est le cinéma. J'ai monté une boîte, la société Ardimages, dans le but de produire des longs-métrages et des séries TV. Après Max, avec Joey Starr et Mathilde Seigner, je suis fier d'avoir financé Les Souvenirs, un film réalisé par Jean-Paul Rouve qui met en scène Michel Blanc, Annie Cordy et Chantal Lauby, et qui est projeté ici en avant-première.

Qu'avez-vous réussi de mieux jusqu'à aujourd'hui ?
A séduire ma femme, que j'ai draguée, à l'ancienne. Je la regardais sur la matinale de LCI et j'ai eu un coup de foudre. Je l'ai appelée, plusieurs fois, je lui ai fait la cour. Pour elle, j'ai renoncé à mon côté arrogant, cassant... Mon autre fierté, c'est un bouquin historique que j'ai écrit en 1986 sur la fin des Bourbons. Trop pointu, trop confidentiel, soit-disant... On annonçait un fiasco en librairie, j'en ai vendu 100 000 exemplaire ! J'ai toujours privilégier ma liberté à la gloire et aux paillettes.

Quel petit plat dois-je vous cuisiner pour vous faire craquer ?
"Les pasta all'Ardissonne"! J'adore ça. C'est ce que j'ai servi à mon mariage, j'oblige tout mon entourage à en manger. Ce sont des penne al dente, arrosés d''huile de truffe blanche et saupoudrés de parmesan. Un goût hérité de mes origines italiennes sûrement...

Qu'est-ce qui vous énerve ?
Les gens qui ne sont pas professionnels, qui procrastinent, qui glandent. L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Même dans mes périodes de défonce, lorsque je bossais en agence et carburais à l'héroïne, je m'investissais dans le travail, j'étais consciencieux. 

Qu'est-ce qui vous ressemble ?
Un animal : l'ours. Je suis moins bougon qu'avant, je me suis assagi, alors je dirai un ours savant qui danse debout sur ses pattes arrières.

Quel était votre fantasme d'adolescent ?
Devenir riche et célèbre. Mon père était dans les travaux publics, on habitait en province, mais j'avais déjà ce côté prétentieux, mégalo. Dès l'âge de 10 ans, je tenais un journal dans lequel je m'auto-interviewais. Dans un autre registre, les lèvres de Jeanne Moreau me faisaient un effet fou...

De qui êtes vous "fan" ?
J'ai toujours traité mes invités comme un dentiste avec ses patients. Je n'ai pas d'idoles, je ne suis pas une midinette... Seul George Harrison a réussi à intimider l'amateur de rock que je suis.

Quel mot avez-vous à ajouter ?
"Pitch". J'ai importé cette notion en France, le résumé accrocheur que l'on fait d'un film, quand on veut susciter l'intérêt. Les Américains savaient vendre leurs blockbusters, aujourd'hui, en tant qu'ex-publicitaire, je ne suis pas mécontent de voir que les acteurs, les producteurs, les distributeurs francophones maîtrisent l'art de la promotion.

 

6147909 video thierry ardisson annonce son mariage sur canal
Thierry Ardisson et Audrey Crespo-Mara. © .