Miss Black France se met à nu

M'bathio Beye, 21 ans, assume avec classe sa couronne de Miss Black France, un concours de beauté controversé. Cette sublime liane originaire du Sénégal nous explique son choix. Rencontre avec une reine d'ébène au sacré tempérament !

Miss Black France se met à nu

Journal des Femmes : M'bathio Beye, vous êtes la première Miss Black France, quel est votre ressenti ?
M'bathio Beye : C'est une grande fierté que de pouvoir représenter la beauté noire. Je ferai de mon mieux pour véhiculer une belle image de cette femme tout au long de l'année et contribuer à une meilleure connaissance de sa diversité.

Y voyez-vous un message à moins d'une semaine de l'élection présidentielle ?
M'bathio Beye : Loin de là ! Il ne faut pas oublier que nous sommes toutes des étudiantes. On ne pouvait nous réunir que pendant les vacances scolaires.

mbathioint1
M'bathio Beye en maillot. © Mario Epanya

Votre entourage, votre famille, votre petit ami... sont-ils fiers de vous ?
M'bathio Beye : Enormément, la notoriété du concours a dépassé les frontières. Ils me suivent de près.

Aviez-vous déjà participé à des concours de beauté ?
M'bathio Beye : Oui, mais malheureusement la gestion et l'honnêteté des organisateurs laissaient à désirer...

D'après-vous, pourquoi avez-vous remporté l'écharpe ? Qu'est-ce qui vous a différenciée des autres candidates ?
M'bathio Beye : Selon le Président du jury, Vincent McDoom, ma manière de m'exprimer, mon port de tête et surtout mon côté  naturel avec mes cheveux afro ont fait la différence. J'ai été élue à l'unanimité.

Quelles étaient vos motivations lorsque vous vous êtes inscrite à cette élection ?
M'bathio Beye : Je me suis présentée pour montrer la diversité de la beauté noire et montrer à quel point au sein de cette caractéristique commune qu'est notre couleur de peau résidait une extrême richesse au niveau des profils, des horizons, des rêves. Que ce soit ici, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Cameroun ou encore en Guinée, j'ai pu remarquer que la femme noire avait toujours le même port altier. Cette classe naturelle, cette élégance est le symbole de sa force, de sa prestance, de son indépendance. Je ne peux me limiter à son physique pour la définir. La beauté noire est intelligente avec des valeurs. J'ai voulu mettre en avant ces qualités et je n'étais pas la seule. Les autre participantes ont toutes su transmettre ce message.

mbat3
Sacre de M'bathio Beye, le 28 avril 2012. © Prisca Munkeni Monnier

Comment interprétez-vous la polémique autour de votre sacre ?
M'bathio Beye : Honnêtement, je ne la comprends pas. Ce concours est une vitrine qui vous montre la beauté noire dans toute sa diversité. Je souhaiterais dire à ceux qui appréhendent ce concours comme un concept "communautaire" de s'intéresser aux profils des candidates. Ils verront que ce sont des jeunes filles intégrées qui adhèrent aux valeurs de la société française.

Vous êtes étudiante en master de marketing, vos origines et votre couleur de peau ont-elles déjà été un obstacle dans votre parcours ?
M'bathio Beye : Scolairement, je me suis toujours distinguée, dans le bon sens du terme. Si j'ai intégré Dauphine; c'est parce que j'avais les résultats requis. Ma couleur de peau n'a jamais été un handicap.

Qu'espérez-vous de cette année de règne ? Et après ?
M'bathio Beye : Je suis ambassadrice de la lutte contre la drépanocytose avec l'association Drepavie et j'espère sensibiliser un large public à cette maladie génétique touchant les globules rouges du sang. Ce trouble héréditaire est le plus répandu en France avec plus de 300 cas qui se déclarent chaque année mais aussi dans le monde. Chacune d'entre nous connaît une personne qui en est atteinte mais j'ai l'impression que c'est un sujet tabou.
Un autre projet me tient à cœur: promouvoir l'entrepreneuriat féminin. De nos jours, de belles femmes indépendantes, intellectuelles comme Maguatte Wade, Hapsatou Sy ont réussi à fonder des entreprises dont le succès est indéniable. Elles doivent nous inspirer. Aujourd'hui, nous sommes avec nos mères, nos tantes, nos sœurs le vivier de la croissance !

mbathioint2
M'bathio Beye. © Mario Epania

Quels sont vos passions, vos loisirs, vos goûts musicaux, littéraires, télévisuels ?
M'bathio Beye : J'adore la boxe française et la salsa et je lis avec plaisir Stephen King et  Maryse Conde. 

Que vous reproche-t-on souvent ?
M'bathio Beye: Ma candeur.

Comment vous habillez-vous au quotidien ?
M'bathio Beye : Plutôt casual, j'aime être à l'aise dans mes vêtements.

Avez-vous des créateurs de mode fétiches ?
M'bathio Beye : Sonia Rykiel, Elie Kuame et Jean Paul Gaultier.

Un rituel de beauté ?
M'bathio Beye : Une noisette de karité dans ma crinière une fois par semaine.

Qu'y a-t-il toujours dans votre sac à main ?
M'bathio Beye : Un bloc-notes pour rédiger mes chroniques sur le quotidien d'une jeune étudiante parisienne.

Portrait chinois : Si vous étiez...

 

un mot : étincelle
un fruit : le kiwi
un film : Les Dieux sont Tombés sur la Tête
une recette :  la raclette 
un animal : une gazelle
une drogue : la vie
une chanson : "Agolo" d'Angelique Kidjo
un parfum : l'odeur de la terre mouillée après  la pluie
... et si vous étiez un homme ? Will Smith

 

Lisez aussi :

Donnez votre avis :