"Ma priorité, c'est Zohra" "Je n'y vais pas par quatre chemins"

'je suis émerveillée par tout et grisée par rien', rachida dati
"Je suis émerveillée par tout et grisée par rien", Rachida Dati © Alain Guizard

D'où tirez-vous votre force ?
Rachida Dati : Sans doute de mon éducation, ensuite votre tempérament a une vraie influence dans votre façon d'aborder la vie. Je suis émerveillée par tout et grisée par rien.

La presse vous a fait le reproche de ne pas vous livrer. C'est un moyen de vous protéger ?
R. D. : Je trouve que préserver son intimité préserve aussi son équilibre.

Vous avez choisi de taire l'identité du père de Zohra. Au quotidien, n'est-ce pas trop dur à cacher ?
R. D. : Je n'ai jamais été ennuyée dans ma vie privée. Et je ne l'ai jamais exposée. Je sors, je vais à des spectacles, je ne suis pas pour autant harcelée ni suivie. Je ne m'interdis pas d'avoir une vie personnelle et Zohra non plus.

Vous dites aussi avoir manqué de douceur et de tendresse à un moment donné...
R. D. : Oui, mais ce n'était pas lié à ma famille. D'ailleurs, maman n'était que dans les câlins, ça m'énervait même parfois... La vie est assez brutale et en particulier la vie professionnelle, donc ça peut vous déformer. L'arrivée de Zohra a apaisé certaines choses.

"L'arrivée de Zohra a apaisé certaines choses"

A qui ressemblez-vous ?
Physiquement, à mon père. Côté tempérament, c'est un mix des deux. Maman n'était pas du tout dans la dureté. Certes, elle avait de l'autorité et on ne la contestait pas. Elle était très tendre, très gaie. Et tout la faisait rire. Mon père est plus mélancolique, plus autoritaire.

Vous avez aussi un côté très direct et cash !
R. D. : Oui, alors totalement. Je n'y vais pas par quatre chemins.

C'est ce qui vous a fait avancer ?
R. D. : Oui, mais c'est aussi ce qui peut vous valoir de quelques ennuis. En politique, il faut apprendre le compromis. Pas si simple !

D'où vous vient ce côté justicier ?
R. D. : Ça vient de loin. Quand je ne comprenais pas les choses, je ne lâchais rien jusqu'à ce que je comprenne et surtout lorsque je considérais les situations injustes

Sommaire