L'ABC de l'argot sans se fader le dico : on vous en touche un mot

De A comme Apache à Z comme Zob en passant par F comme Falzar, l'ABC de l'argot est un dico aussi fendard qu'instructif. Son auteure Marcelle Ratafia nous parle de son recueil argotique en 24 lettres de l'alphabet.

© Jota Tagliviani

Préambulomuche. Rendre sexy un dico sur un jargon nébuleux pour le non parigot et même le parigot d'ailleurs, c'est le pari réussi de Marcelle Ratafia et de son acolyte illustratrice Lulu d'Ardis. Ces deux trentenaires parisiennes jusqu'au bout de la langue ont mitonné un ouvrage sur l'argot à se fendre la margoulette. Définitions poilantes, anecdotes réjouissantes, personnages cocasses et détonants aux sobriquets obscurs : leur dictionnaire illustré nous embarque dans les faubourgs du Paris de la Belle Epoque, là où ça jacte dans la rue Gratte-Cul, becte des plats canailles au boui-boui et chante en goguette avec la môme Piaf. On se creuse le cigare sur certains mots voyous mais arrivé à la lettre Z comme Zob, on sait (presque) tout sur ce schmilblick de langue qui n'est pas prêt de faire du charme aux asticots. Marcelle Ratafia nous parle de son désopilant abécédaire. Gare à vos miches !    

Le Journal des Femmes : A comme Audace : il en faut pour publier un livre sur l'argot ?
Marcelle Ratafia : L'argot est réputé moribond pour certains, et sujet exclusivement masculin et mature. Pour deux gonzesses ayant la trentaine, il a fallu une belle paire de valseuses à partager donc. 

B comme Blaze : comment avez-vous choisi le vôtre, Marcelle Ratafia ?
Indiscrète créature ! Mon blaze est calqué sur un personnage de chanson des Négresses Vertes : Marcelle Ratafia, la madone de la Mafia...

C comme Coup de crayon : vous avez embarqué l'illustratrice Lulu d'Ardis dans l'aventure. Comment s'est fait la collaboration ?
C'est le frangin de la demoiselle qui a dit un jour : "elle fait des dessins, tu écris en argot, pourquoi vous faites pas un bouquin illustré sur l'argot ?" On l'a regardé comme deux ronds de flancs, et on s'y est mises...

D comme Dédicace : Limesse, vos bonnes fées, votre susciteur de Talmadennoù. Peut-on savoir qui se cachent derrière ces blazes ?
Des personnes qui ont compté dans ma découverte de l'argot : Limesse m'a initiée quand j'avais 18 ans aux joies de l'argot actuel, mes bonnes fées m'ont guidée dans le monde enchanté du bal musette par des leçons argotiques, et pour ce qui est du dernier... il ne parle pas argot, mais talmadennoù signifie battement de coeur en breton. 

E comme Éditeur : quels étaient vos arguments pour convaincre les éditeurs ?  
Foncez, y a des jeux et des dessins ! On a eu une chance de cocues, parce que Fabienne Kriegel, la directrice du Chêne, a tout de suite adoré le concept du livre. 

F comme Fortifs* : les fortifs étaient les ancêtres du périph' ?
Oui, en plus jolis et avec moins de bouchons. Il faut imaginer de grandes fortifications au sommet desquelles vivaient une population marginale et sans un sou, qui avait développé un territoire à la singularité affirmée.

G comme Guide : vous avez commencé en proposant des visites guidées en argot dans Paris. Racontez-nous.
Si je veux ! C'est le fondateur de City Vibrations, qui organise des visites, qui m'a proposé d'en créer une pour lui, il y a quelques années. Le sujet qui m'est venu en premier, c'était Paris en argot ! C'est devenu une visite du Paris Apache.

H comme Homme : vous êtes plutôt Tarzan, Loulou ou Momo ?  
J'aime bien Tarzan Gros Genou, mais je dois reconnaître que j'ai un gros faible pour Vidocq ! Quel destin, mes aïeux...

I comme Icicaille* : où avez-vous grandi ?
A Paris, what else ? J'ai grandi à Ménilmuche...

J comme Jactance* : au quotidien, vous arrive-t-il de parler argot ?
Un peu, mon neveu! Il m'arrive de dire : "attends, je sors mon larfeuille", ou "claque la lourde si ça te fait rien", c'est rentré dans mon petit panthéon des mots familiers.

K comme Kasbah : la colonisation puis la décolonisation a-t-elle beaucoup influencé l'argot ?
Oh que oui ! On a envoyé les fortes têtes au Maghreb colonisé dès les années 1860, ce qui explique qu'un grand nombre de mots arabes se soient fondus dans la langue française, au point qu'on pense que c'est du français : le clebs, la nouba, le ramdam... Puis la décolonisation a permis de faire fleurir cette langue musicale et fleurie dans l'argot des années 50-60, avant d'être à nouveau mis à contribution par la troisième génération. C'est un sujet passionnant, je pourrais en parler des heures ! 

L comme Livre : avez-vous d'autres projets de livre ?
Et comment ! On aimerait retravailler à deux sur d'autres livres. Il est possible que ça parle encore de Paris et des parigots, mais pour le moment, motus et grenouille bleue !

M comme Mémoire : y'a-t-il un devoir de mémoire dans votre démarche. Editer un livre pour que l'argot ne tombe pas dans l'oubli ?
Z'êtes rien pertinente, ma petite dame. Avec Lulu, nous sommes très attachées au patrimoine parisien, plutôt du côté populaire. On a envie que le vieil argot et ses créatures continuent de vivre, car c'est autrement vivant qu'une paire de monuments à la mords-moi le nœud. Je troque tous les Arc de Triomphe du monde contre une vanne d'Arletty ! 

N comme Nom : Sarkozy, Dolto, Pivot. Vous faites intervenir des personnalités plus ou moins contemporaines dans votre ouvrage. Pourquoi ?  
Il nous a semblé qu'il serait plus amusant de faire jacter argomuche à des personnalités institutionnelles et établies, mais pas dénuées de vulgarité, à l'instar de M. Sarkozy.

O comme OSEF, "on s'en fout" ou Y comme "YOLO You only live once" : On retrouve ce genre d'abréviations aujourd'hui. Preuve que l'argot a bel et bien survécu ?
Oui, pour son côté secret ! L'acronyme n'est pas le versant le plus créatif de l'argot d'aujourd'hui, bien qu'il reste efficace. Mais songez à la majestueuse implantation du mot boloss, dont l'étymologie reste un mystère pour les académiciens les plus chevronnés. Ils y ont cassé quelques bridges.

P comme Paname : décor et personnage phare du livre. Quel est votre regard/rapport sur/à la ville ?
Un regard amoureux, tendre et exigeant. On a Paris dans la peau, à défaut de la musique. 

Q comme Question : celle qu'on vous pose le plus à propos du livre ?
"On est d'accord que l'argot est mort, hein? " Je soufflette tous ceux qui me posent cette question, mais ils sont légions, croyez-moi.

R comme Racontouze : quand vous l'avez, vous allez au bistrot ou vous appelez votre mère ?  
Pour Lulu, pas 36 solutions : c'est aller simple pour le bistro. Pour moi, un simple rendez-vous avec des amis, et l'appel à ma mère en joker !

S comme SMS : que pensez-vous de ce "langage" ?
Je suis une ligue anti-émoticônes à moi toute seule, bien que mon côté facho se soit un peu ramolli. En revanche, je suis subjuguée par la capacité des gens à créer de nouveaux mots au mépris de l'orthographe la plus laxiste. Mais ça manque souvent d'argot, vous ne trouvez pas ? 

T comme Trimarder* : avez-vous beaucoup trimardé pour pondre votre bouquin ?
Oui et non. Il y a eu beaucoup de recherche pour ne pas truffer d'erreurs notre livre, mais franchement, c'était que du kif ! On s'est vraiment poilées en le faisant. 

U comme Nom d'unch* : quel est votre juron préféré en argot ?
Julot Casse-Croûte. Cela désigne un mac dont le manque de charisme ne lui fait obtenir que des miettes de ses protégées. C'est à la fois mignon et d'un mépris cuisant. 

V comme Voyous : sans eux pas d'argot, donc pas de livre. Vous pouvez leur dire merci...
Cimer, les gars ! ça va sans dire. Mais on n'oublie pas les voyoutes ! 

W comme Wesh
J'allais le dire ! Ou comme wagon, ou comme WTF !

X comme 24e lettre de l'alphabet : vous n'avez toujours pas trouvé de mot d'argot commençant par X ?  
Nous avons lancé une équipe des meilleurs archéologues à sa recherche. Aux dernières nouvelles, ils cherchent encore.

Z comme Zouze
Une spéciale cacedéd à toutes les mousmées accros au journal des Zouzes...Non, des lamfés...Enfin, des femmes, quoi ! 

*Fortifs : ancienne enceinte de Thiers 

*Icicaille : ici. Le quartier où on a grandi  

*Jactance : façon de parler 

*Trimarder : travailler comme une brute 

*Nom d'unch : juron 

L'ABC de l'argot sans se fader le dico, Lulu d'Ardis (illustrations) et Marcelle Ratafia (auteur), Editions du Chêne, 14,90 € 

© Editions du Chêne