Voiture d’occasion : les bons conseils pour éviter l’arnaque

Si acheter une voiture est un investissement, les voitures d’occasion restent une solution pour faire des économies. À condition que toutes les vérifications nécessaires et indispensables soient effectuées afin d’éviter les mauvaises surprises au tournant.

© My Make OU/ 123RF

Parce qu'on n'est pas tous doués en moteur et que, pour certains, jambes de suspension, bougies et joints de culasse ne veulent absolument rien dire, le marché des voitures d'occasion peut s'avérer dangereux. Surtout pour les néophytes désireux d'acquérir un nouveau véhicule. Il est important de ne pas se précipiter et de se méfier des apparences : ce n'est pas parce qu'un vendeur est très sympathique que ses intentions le sont aussi !

1- Bien vérifier les papiers

Tous les documents concernant l'entretien, les révisions, les contrôles et les factures sont importants à examiner. Ils permettront de vérifier l'état du véhicule, s'il a subi plusieurs changements de pièces (pneus et freins par exemple) ou des grosses interventions (accidents) et dans quel garage il a été emmené. Si l'adresse du professionnel est toujours la même, c'est bon signe ! Les opérations effectuées ont été réalisées par une maison qui connaît bien la voiture. Donc avec précaution et minutie. Si le propriétaire ne peut pas vous les fournir, méfiez-vous. Il a peut-être quelque chose à cacher.

2- Avoir l’œil sur l'inspection matérielle

Soyez vigilant ! Des petits détails essentiels peuvent vous échapper et faire de cet achat un enfer. C'est pourquoi il est conseillé de fixer ce rendez-vous en pleine journée puisque l'obscurité peut masquer d'éventuels défauts.
On préfère le grand soleil à la pluie, qui trompe son monde en masquant les rayures et en faisant briller la carrosserie. On teste le mécanisme des vitres, on scrute les pneus et la profondeur de leurs rainures pour en évaluer l'usure.

À l'intérieur, on regarde le compteur. Il faut prêter attention au bon alignement des chiffres pour les vieilles voitures, qui peuvent être trafiquées. Au moindre doute, regardez si le kilométrage est cohérent avec celui relevé à la dernière vidange, inscrit sur le réservoir d'huile, sous le capot ! Soulevez les tapis de sols pour déceler l'humidité. Testez les commandes au volant : chauffage, warnings, phares, feux et essuie-glaces, sans oublier de contrôler l'allumage des témoins du tableau de bord au démarrage.

L'examen du moteur est plus complexe. Il faut vérifier la moindre fuite d'huile. Si vous sentez une odeur particulière, n'achetez pas. Ou faites appel à des spécialistes : ReflexOccaz est une plateforme toute jeune qui met en relation particuliers et garagistes. Ils effectuent un bilan professionnel complet du véhicule afin de vous aiguiller ou non vers son acquisition.

3- En voiture, Simone !

Le test de conduite est également primordial. Soyez attentif au bruit du moteur : si vous entendez des cognements ou des sifflements, certaines pièces doivent être endommagées ou en mauvais état. Pour tester la pédale d'embrayage, tentez le démarrage en troisième. Si la voiture cale, c'est une bonne nouvelle. N'hésitez pas à rouler sur l'autoroute pour tester la voiture dans le plus de situations possible, appuyez sur le champignon pour contrôler la boîte de vitesses, le bon fonctionnement des freins et la tenue de route. Un conseil : faites également conduire le vendeur afin d'observer ses habitudes au volant et déceler des gestes particuliers qui peuvent trahir un défaut.

N'oubliez pas d'étudier, à l'aide d'un professionnel ou d'un proche compétent, le marché de l'occasion pour vous faire une idée du prix. En fonction de la grandeur et du nombre des problèmes du véhicule, négociez-le. Vérifiez bien que le vendeur vous transmet tous les documents nécessaires, dont le journal de bord qui passe en revue toutes les commandes de la voiture, d'éventuelles télécommandes et surtout le double de clés ! Et si malgré tout, vous n'avez pas réussi à vous rendre compte de l'entourloupe, vous pouvez attaquer le vendeur en justice pour annuler la vente et obtenir des dommages et intérêts, uniquement contre preuve. Vous n'avez plus d'excuses pour ne pas conclure votre affaire sur les chapeaux de roue.

© My Make OU / 123RF

Voir aussi :