Je vis avec un râleur Conseil n°3 : Prendre du recul en douceur

essayer d'apprivoiser l'homme qui râle pour le désamorcer
Essayer d'apprivoiser l'homme qui râle pour le désamorcer © Artur Gabrysiak - Fotolia

Une fois la deuxième étape de sa colère terminée, son pouls reprend son rythme normal et vous pouvez alors vous aventurer à lui poser des questions, en allant toujours dans son sens malgré tout pour ne pas subir une deuxième vague. Par exemple, n'hésitez à demander "Et Machin, il n'a rien dit ?" avec un air indigné.

Car on ne dirait pas comme ça, mais il râle parce qu'il veut que vous compatissiez. La preuve, il ne lui viendra pas à l'idée d'en parler avec son frère qui se fout de tout. Non, il en parle avec vous, parce qu'il sait que vous l'écouterez et réagirez comme il l'attend. Vous devez donc rentrer dans son jeu si vous espérez qu'il passe à autre chose un jour.

Votre compagnon risque alors de vous demander de prendre parti (pour lui bien sûr) alors que vous n'avez qu'un seul son de cloche de "l'histoire". Plutôt que d'approuver sa réaction, tentez plutôt une approche différente qui consistera à passer à autre chose ou à lui demander si le reste de la journée s'est bien passé. Attention, changer de sujet trop brusquement serait aussi une erreur puisqu'il comprendrait alors que vous n'êtes pas totalement investie dans ce qu'il vient pourtant de vous raconter. Et sa colère risque de se retourner contre vous !

Commencez plutôt par dévier la conversation. Demandez-lui des détails sur un autre moment de la conversation comme par exemple l'entretien de recrutement qu'il devait avoir le matin, ou encore son déjeuner d'affaire. Soyez calme et suffisamment maligne pour qu'il vous suive sur cette variation de thème.

La phrase à éviter : "Tu attends quoi à la fin ? Que je te dise que tu as raison ? Tu as raison, voilà !"

 Ne pas essayer à votre tour de vous mettre en colère en espérant que la sienne va passer ainsi, ça ne mène à rien. La subtilité sera votre alliée et vous vous en servirez pour éteindre le feu de sa révolte. Par contre, il ne faudra jamais en reparler, du moins pas avant 12 heures au risque, là encore, de raviver les braises...

Sommaire