Nymphomane : ça existe vraiment ?

Le mot "nymphomane" est souvent utilisé comme une insulte pour qualifier une femme qui aime le sexe et qui ne s'en cache pas. Pourtant, la nymphomanie est une véritable maladie liée à une dépendance sexuelle importante. Quels en sont les symptômes et comment la traiter ?

© Fotolia

"Nymphomane !" : le terme est devenu une insulte pour caractériser une femme multipliant les conquêtes et menant une vie sexuelle dissolue. Cependant, la nymphomanie est une pathologie bien réelle et difficile à vivre pour les femmes qui en sont atteintes.

Nymphomanie et donjuanisme : deux poids, deux mesures

Lorsqu'un homme multiplie les aventures sexuelles, il est en quelque sorte valorisé comme porte-étendard de la virilité. Une femme multipliant les conquêtes sexuelles est considérée comme dépravée, vicieuse, voire dangereuse. Pas un symbole de féminité... Pourtant, la nymphomanie féminine et le donjuanisme masculin sont les deux facettes d'une hypersexualité pathologique.

Nymphomane : une addiction sexuelle

La nymphomanie est définie par les psychiatres comme un trouble du désir - paradoxe s'il en est ! En effet, la nymphomane a un besoin insatiable et toujours insatisfait d'avoir des rapports sexuels. La nymphomanie est souvent le corollaire de troubles bipolaires ou de TOC (troubles obsessionnels compulsifs). Les femmes qui souffrent de nymphomanie - car c'est une vraie souffrance pour elles, elles ont honte de cette hypersexualité incontrôlable - se partagent entre deux profils : celles qui ont des orgasmes très aisément et qui veulent les reproduire le plus souvent possible, et celles qui recherchent l'orgasme en multipliant les rapports, sans jamais l'atteindre.

Quel traitement pour les nymphomanes ?

Les causes médicales de la nymphomanie n'ont pas été élucidées pour l'instant, cependant, elle traduit la plupart du temps un manque d'estime de soi qui doit être compensé par la gratification de la séduction jusqu'à l'excès. Le traitement passe donc par une psychothérapie, pour permettre à la patiente de se sortir d'une spirale infernale.