Amour de jeunesse : l'oublier ou pas ? Tout est neuf, à construire

On se souvient presque tous de notre amour de jeunesse avec une certaine nostalgie. Parfois même on se laisse aller à des "si il n'y avait pas eu ses parents" ou "si je n'avais pas déménagé"... qui laissent songeur. Alors que d'autres amours ont suivi, celui-ci a une saveur particulière et semble indélébile.

Pour Christiane Joubert, psychanalyste de couple et maître de conférences, "l'amour de jeunesse c'est la première expérience amoureuse, lorsqu'on passe du stade de l'enfant à l'adulte."
Il paraît donc logique qu'il nous marque à vie puisqu'il est le lien entre notre enfance et le monde adulte. Mais c'est aussi souvent lui qui est à la base de la rupture principale avec les parents et de l'entrée dans la sexualité adulte. "Ce premier amour va être le modèle pour tous les autres" indique Christiane Joubert.

Histoire idéalisée, fantasmée
Roméo et Juliette sont sans doute le couple le plus emblématique des amours de jeunesse. Ce n'est pas un hasard : si l'histoire se finit tragiquement, leur amour dure jusqu'à la mort, l'amour éternel donc. Etrangement il plane autour de la première histoire d'amour comme une mythologie : celui qui la vit est certain que ça durera toujours. Et pour cause : il est encore tout neuf d'expériences. Christiane Joubert explique : "Dans nos histoires d'amour, chacun apporte toujours les leçons qu'il a pu tirer de ses précédentes histoires, alors que dans l'amour de jeunesse il n'y a pas de recours au passé possible, tout est à écrire, sans comparaison avec le passé".
Forcément, l'insouciance est totale et donc l'histoire n'en est que plus belle. Du coup, lorsque l'histoire se termine, reste une belle image puisqu'elle ne pourra être reproduite : on n'est plus naïf d'expériences. C'est ce qui rend cet amour de jeunesse un peu magique d'ailleurs, unique et qui pourra nous rendre parfois nostalgique. Pas étonnant donc qu'elle reste dans nos mémoires !

Tout est possible
Christiane Joubert rapproche les amours de jeunesse avec les amours des seniors : "Comme à l'adolescence, dans le 3e âge tout est possible. Les relations amoureuses tardives sont sur dans le même mode que ces amours de jeunesse. C'est sans doute lié aux derniers temps de la vie, de la libération des contraintes et donc à une insouciance qui refait surface."

Sommaire