"Nous Toutes" : un rassemblement pour continuer à se battre

Rassembler pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles, c'est l'idée de "Nous Toutes". Ce tout nouveau mouvement compte remuer la France afin de faire enfin avancer les choses.

"Nous Toutes" : un rassemblement pour continuer à se battre
© PACIFIC PRESS/SIPA

Rien n'a véritablement abouti depuis #Metoo et #Balancetonporc. Pour que cette libération de la parole ne reste pas sans débouché, #Noustoutes veut prendre le relais. Ce mouvement né pendant la Coupe du Monde espère dénoncer les agressions sexuelles et sexistes subies par les femmes et créer un rassemblement digne de ceux observés en Amérique latine ou en Corée du sud. Le rendez-vous est fixé au 24 novembre prochain pour cette "déferlante féministe", telle que présentée sur son site. La date n'est pas choisie au hasard : la mobilisation aura lieu la veille de la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Pour Nous Toutes, c'est également une façon d'appuyer la prise de conscience.

De nombreuses personnes ont déjà pris parti

Afin d'éveiller les consciences, le collectif insiste sur l'idée que l'on peut tous s'investir : sur le terrain ou à distance. Participer à des actions, aider les associations ou simplement communiquer sur les réseaux sociaux; tout est possible selon les envies et disponibilités de chacun.
Nous Toutes a pu compter sur la présence de plus de 200 personnes le 3 juillet dernier pour préparer un futur plan d'attaque et lancer sa révolution. Parmi eux, féministes, associations et citoyns ont permis de créer un site et d'entamer le projet. Objectif : atteindre les 1000 volontaires d'ici septembre. Plusieurs syndicats et partis politiques se sont joints à des personnalités féministes pour adhérer au combat. Le Collectif National des droits des femmes, Osez le féminisme, Rokhaya Diallo ou encore Lauren Bastide font partis de ceux qui se sont unis avec Nous Toutes pour que la France "se bouge" enfin.

Voir aussi :