Egalité des genres : le cinéma français se réveille enfin

A la veille des César, des voix se lèvent pour dénoncer le manque de parité dans le cinéma. Après le mouvement #MaintenantOnAgit, place au collectif "5050 pour 2020", constitué de 300 personnalités du 7e art. Son objectif : donner les chiffres des disparités grandissantes entre hommes et femmes. Et après ?

Egalité des genres : le cinéma français se réveille enfin
© Yann Bohac/SIPA

Léa Seydoux, Marina Foïs, Pierre Deladonchamps, mais aussi scénaristes, réalisateurs, costumiers, distributeurs... Trois cent personnalités du cinéma français s'engagent contre les inégalités de leur milieu à travers le collectif 5050 pour 2020. Lancé par l'association Le Deuxième regard, le mouvement compte profiter des suites de l'affaire Weinstein pour avancer sur des mesures concrètes, au-delà du sujet épineux des violences sexuelles. Il est alors légitime de se demander quelles seront leurs actions et en quoi se différencieront-elles de #MaintenantOnAgit ?

Le collectif a pour le moment publié deux études : l'une d'entre elles concerne la parité derrière la caméra en France. Les réalisatrices ne représenteraient que 23% des cinéastes actifs entre 2006 et 2016. Autre chiffre frappant : seulement 4% de femmes ont été aux commandes de films d'animation sur cette même période. Le constat de cette domination masculine dans le 7e art est aussi visible dans la deuxième étude communiquée. Celle-ci s'intéresse aux César et montre que depuis la création de la cérémonie, en 1976, seuls 20% des prix ont été remportés par des femmes.

Transformer l'essai

Si la mise en avant de tels chiffres est nécessaire, cela n'est pas suffisant. Le collectif entend lancer un observatoire de l'égalité dans l'industrie cinématographique afin de parvenir d'ici 2020 à une parité totale. Un message entendu par la Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui s'est prononcée en faveur de l'instauration de quotas dans le cinéma français et plus largement dans la culture. Pour ce faire, des subventions pourraient être attribuées à des projets de films menés par des femmes.

Cette mesure pourrait constituer un moyen efficace pour pallier les inégalités qui persistent devant et derrière la caméra. Toutefois, cela fait déjà 5 ans que les politiques en discutent sans parvenir à un véritable arrangement. En 2013, avait été créée une charte pour l'égalité entre les femmes et les hommes sans que des initiatives concrètes voient le jour par la suite.

Voir aussi :