Presque la moitié des femmes a été agressée sexuellement

De nouveaux chiffres traduisent la terrible banalité des violences sexuelles subies par les femmes. Une enquête menée par l'Ifop nous apprend que 43% des Françaises ont déjà été attouchées ou caressées sans leur consentement. Douze sur cent ont subi un viol.

Presque la moitié des femmes a été agressée sexuellement
© Amy Mitchell - 123RF

Hollywood n'est pas un cas à part. Alors que le nombre de femmes violentées sexuellement au pays du cinéma est proche des 100%, la réalité n'est pas plus glorieuse hors-caméra. En France, 43% des femmes avouent avoir subi des attouchements ou caresses sans consentement. Elles sont 12% à révéler avoir été violées. Ces résultats sont le fruit d'une étude menée par l'Ifop* pour la Fondation Jean Jaurès, dont les résultats ont été publiés par France Info. On y apprend également que 58% des Françaises interrogées ont déjà eu à gérer un comportement sexuellement déplacé et que la moitié s'est déjà fait insulter à cause de son genre.

Plus de 50% des victimes de viol restent silencieuses

Ces chiffres, aberrants mais peu étonnants, sont révélateurs. "Alors que l'on pourrait penser qu'il y a moins de viols depuis les années d'après-guerre, il y en a apparemment davantage", note Michel Debout, coordinateur de l'étude et administrateur de la Fondation Jean Jaurès. L'étude permet surtout d'affirmer que les femmes osent plus parler des attaques dont elles sont victimes qu'avant. Une conséquence de la libération de la parole amorcée par l'affaire Weinstein, mais qui ne suffit pas à faire changer la honte de camps. Les plaintes et déclarations de violences sexuelles, croissantes depuis plusieurs mois, sont encore loin de la réalité. Entre 11% et 19% des femmes violées ont porté plainte, dévoile l'étude, quand entre 16% et 27% d'entre elles ont fait une tentative de suicide. Plus de la moitié (entre 50% et 68%) n'en a pas parlé à un proche.

Une des raisons de ce silence lourd à porter ? Dans 78% à 88% des cas, la victime connaissait son violeur. Pour plus d'un quart d'entre elles (25% - 37%), le crime a été commis par le conjoint et dans 36% à 48%, au sein du lieu de vie.

Jeudi 22 février, une liste de 24 propositions pour mieux lutter contre le viol a été soumise à l'Assemblée nationale, dans un rapport rédigé par la délégation aux droits des femmes. Parmi ces recommandations : multiplier les statistiques sur le sujet, sensibiliser et prévenir même les plus jeunes, contrôler le sexisme dans la publicité, former le personnel de santé ou encore légaliser le principe de non-consentement, qui serait fixé entre 13 et 15 ans. Marlène Schiappa présentera une loi contre les violences sexistes et sexuelles en Conseil des ministres le 7 mars.

Enquête réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 16 février 2018 sur un échantillon de 2 167 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus. La représentativé de l'échantillon de départ a été assurée par la méthode des quotas (âge, profession de la personne interviewée) après stratification et catégorie d'agglomération.

Voir aussi :