Les premiers permis de conduire délivrés aux saoudiennes

Alors que l'Arabie saoudite était le seul pays au monde à interdire aux femmes de prendre le volant, il a remis ses premiers permis de conduire à des habitantes lundi 4 juin. Cette avancée fait suite au décret signé par le roi Salman en septembre 2017, qui autorisait enfin les Saoudiennes à conduire. Un virage inattendu.

Les premiers permis de conduire délivrés aux saoudiennes
© Hasan Jamali/AP/SIPA

[Mise à jour du 5.06.18 à 17h16] L'Arabie saoudite a commencé à délivrer des permis de conduire à des femmes lundi 4 juin, soit trois semaines avant l'entrée en vigueur du décret royal autorisant les Saoudiennes à prendre le volant. L'agence de presse saoudienne (SPA) a annoncé : "La direction générale de la circulation a commencé aujourd'hui à remplacer des permis de conduire internationaux reconnus dans le royaume par des permis saoudiens avant la date d'autorisation de conduire pour les femmes le 24 juin." Dix permis auraient été délivrés selon l'agence AP après vérification des capacités des demandeuses grâce à un examen pratique. Une évolution sociétale majeure dans ce royaume conservateur qui malheureusement n'est pas synonyme de liberté. Alors que le Vogue Arabia a mis en une de son numéro de juin une princesse saoudienne au volant d'une décapotable rouge dans le but de louer les réformes du prince héritier Mohammed Ben Salman, au moins onze militants des droits des femmes sont toujours emprisonnés suite à leur désaccord concernant l'interdiction du droit de conduire et la tutelle masculine imposée. La couverture a déclenché la polémique dans ce pays du Moyen-Orient et des activistes ont dénoncé l'hypocrisie de ce cliché, loin de révéler le quotidien des habitantes du royaume. 

C'est une avancée majeure pour les Saoudiennes. Elles sont enfin autorisées à conduire sans la présence de leur tuteur légal, et pourront même passer leur permis sans l'accord de ce dernier. Le décret royal, signé par le roi Salman mardi 26 septembre, entrera en vigueur dès le mois de juin 2018.

Le royaume ultraconservateur était la dernière nation sur la planète à interdire aux femmes de conduire une voiture. Si bien que certaines Saoudiennes bravaient l'autorité en s'affichant au volant sur les réseaux sociaux, afin d'alerter l'opinion publique et protester contre cette interdiction moyenâgeuse, quitte à se faire arrêter.

Pourquoi ce revirement révolutionnaire de la part du gouvernement ? A en croire l'analyse du spécialiste du Moyen-Orient Georges Malbrunot dans les colonnes du Figaro, il s'agirait d'une stratégie politique qui permettrait au prince héritier Mohammed Bin Salman de ne pas se mettre à dos ses alliés occidentaux, alors même qu'il vient d'emprisonner des opposants. Cet assouplissement s'inscrit également dans le plan de réformes économiques et sociales prévu pour 2030 qui devrait permettre à la monarchie absolue de se moderniser et de sortir de sa dépendance au pétrole.

Samedi 23 septembre, à l'occasion de la fête nationale, les Saoudiennes ont pu pour la première fois pénétrer dans le stade de Riyad, qui leur était jusqu'à lors interdit, en raison de la règle de séparation des genres dans les espaces publics. Deux petits pas en avant, à quelques jours d'intervalles, donc. Si le royaume du Golfe tente de redorer son blason, notamment en levant quelques interdictions faites aux femmes, il convient de rappeler que la Charia y est appliquée et que les Saoudiennes restent soumises à la tutelle d'un homme lorsqu'il s'agit de voyager ou faire leurs études.

Voir aussi :