Elsamuse : rencontre avec une créative 2.0

Elsamuse fait mumuse avec la mode, rend le do it yourself cool, instagramme, réfléchit à son temps, crée pour les plus grandes marques, bref, rêve sa vie en couleurs et le réalise. Rencontre avec la self-made woman, invitée d'honneur du salon Premiere Classe Tuileries.

Elsamuse : rencontre avec une créative 2.0
© Quentin Chevrier

Quand on aperçoit la tête blonde d'Elsamuse, dans le joyeux bric-à-brac de son studio éphémère de l'espace Jean-Louis du salon de mode Premiere Classe Tuileries, on la remet immédiatement. Silhouette fluette, grand sourire et occupée à customiser un blouson en cuir, contrairement à bon nombre de célébrités digitales, Elsa n'est pas loin d'être la "même en vrai". C'est certainement parce que la jeune femme n'est pas un simple visage, un produit de réseaux sociaux comme les autres. Il y a cinq ans, c'est avec des do it yourself ultra mode, animés et publiés sur son blog qu'elle se distingue. Suivie par une communauté croissante et repérée par des marques, ses rémunérations lui permettent de quitter son travail dans le marketing. Mais ce tournant, classique chez les influenceuses à succès, n'est qu'un marchepied vers autre chose. Le dada d'Elsa, c'est la DA (direction artistique). Elle fonde donc le Studio Mumuse qui crée des contenus colorés pour des marques. À la tête d'une équipe de 10 personnes, l'autodidacte"instapreneuse" (une entrepreneuse qui se base sur son univers Instagram et sa communauté pour créer une marque) n'en finit pas de rayonner. Elle multiplie les collaborations, lance en 2017 son podcast Elsanalyse qui explore plus sérieusement les sujets de notre temps, puis une box DIY mode et beauté pour "Réaliser et se réaliser". Naturellement avec une telle énergie, quand le salon professionnel de la fashion week parisienne inaugure Jean-Louis, son nouveau module ouvert à tous les amoureux de la mode, Elsa en devient l'invitée d'honneur. Entre un shooting, un atelier et une conférence, rencontre avec cette inspirante touche-à-tout. 

Le Journal des Femmes : Vous avez démarré il y a quelques années en faisant des DIY inspirés des pièces des défilés et maintenant, te voilà invitée à animer un des grands salons parisiens de l'industrie. Qu'est-ce que ça dit sur votre parcours et votre rôle à jouer ?
Elsamuse : C'est vraiment grande preuve de reconnaissance, je n'ai pas de formation créative, j'ai fait une école de commerce, je travaillais dans le marketing et le blog était vraiment une cours de récréation pour moi. Je n'en reviens pas d'avoir un studio ici, de faire de la direction artistique pour des marques, de m'être vue offrir une carte blanche par L'Oréal pour shooter des nanas comme Eva Longoria au Festival de Cannes l'an passé... C'est vrai que ça en dit long. Chez L'Oréal par exemple, avant, ils ne travaillaient qu'avec des grosses agences de création. Je pense qu'ils viennent me solliciter, avec mon petit studio, parce qu'il y a une personne derrière. Mon univers est incarné : ma personnalité sert l'influence qui sert la création et tout ça sert la mode.

On a tendance à penser que les it-pièces des défilés sont sacrées, que soit on peut les acheter, soit on fait une croix dessus. Qu'est-ce qui vous a fait fait franchir le pas de les rendre réalisables à la maison ? 
Je ne suis pas d'accord avec ça. Tu peux les acheter chez Zara ! Mais c'est mieux de les faire soi-même. Je pense qui si tu aimes une pièce, son esprit, les choix sont plutôt : soit tu dépenses 1 000 euros pour l'acheter, soit 20 euros en fast fashion, soit tu la fais pour 10 euros, de tes mains et ça a plus de valeur. En plus d'être valorisant, au lieu de la porter deux fois puis de la jeter, tu vas la porter plus longtemps parce que c'est toi qui l'as fait.

 

Une publication partagée par Elsa Muse (@elsamuse) le

Selon une récente étude publiée par la Royal Society for Public Health et le Young Health MovementInstagram est le réseau le plus dangereux chez les jeunes pour des questions d'impact sur l'estime de soi. Est-ce que vous avez l'impression, en tant qu'actrice du réseau, de rendre son usage positif ?
J'essaie de ne pas être trop fausse. Mon Instagram, c'est un mélange de selfies, de travail créatif et, depuis que j'ai lancé ma box, de mon produit. Et puis, dans les contenus que je fais, j'essaye de retranscrire mes valeurs. Elsamuse c'est pop, c'est gai, enfantin, décalé ou provocant, mais je ne prône pas l'orgueil, le narcissisme. Je suis plutôt dans le divertir, faire rire, ce qui fait qu'il y a pas de raison que les gens se sentent nul en regardant ce que je propose. J'espère que le fait que je sois partie un peu de rien et arrivée à ça est plus motivant que décourageant.

Est-ce que vous chassez les marques sur Instagram ? Quels sont vos coups de cœur ? 
Oui, j'en repère plein ! Récemment j'ai découvert @MashaReva, les bijoux de @BeccaJewellery et les pièces en cuir de @PierreRioufol.

Votre dernier podcast porte sur le mensonge et commence sur une question en rapport avec Instagram. Est-ce qu'il y a des choses que votre"moi de tous les jours" envie à votre "moi virtuel" ?
Peut-être que mon "moi virtuel" donne l'impression d'une grande confiance en soi, que j'ai l'air hyper sure de moi sur Instagram, alors qu'en vrai je suis quelqu'un de timide. Quand je dois parler en public, comme ici pour la conférence, j'ai la boule au ventre.

Vous avez créé une box, vous gèrez de front un blog, un Instagram, un Pinterest, un podcast... Vous avez encore des envies ?
J'aimerai bien m'internationaliser. J'avais pensé à une version anglaise quand j'ai fait la nouvelle version du blog mais c'était trop de travail. Maintenant qu'on est une équipe de 10, on va y arriver ! Mais au-delà de me développer sur les réseaux, j'aimerai vraiment faire une marque qui marche. On teste pleins de trucs via la box, ce serait bien de les développer via des collab' ou des marques en propre.

Vous n'avez n'as jamais pensé à créer des vêtements ?
Ce serait chouette. Après, vu que je fais plein de choses, de la mode, de la beauté, du lifestyle, je ne sais pas si je me sentirai apte à aller plus loin que de simples sweats colorés. Je pense plus à une marque lifestyle, avec de la cosmétique, des fringues. Un concept store Elsamuse, ce serait top !

Retrouvez les actualités et la box de Elsamuse sur www.elsamuse.com