Perrine Henry d'Aulnois "Je teste l'instruction en famille"

Perrine Henry d'Aulnois est maman de deux fillettes de 5 ans et demi et 2 ans. Elle nous raconte pourquoi elle s'est tournée vers l'instruction en famille.

perrine henry daulnois 150 200
Perrine Henry d'Aulnois et l'une de ses filles. © Perrine Henry d'Aulnois
Pourquoi ce choix ?


Perrine Henry d'Aulnois : "Comme pour l'accouchement à domicile, j'ai puisé mon inspiration au Québec. J'avais des amies qui pratiquaient l'instruction en famille et j'ai pu voir l'avant/après entre leurs enfants qui allaient à l'école au départ puis après l'école à la maison. Ils étaient métamorphosés et cela m'a convaincu."

Comment cela se passe pour vous ?



Perrine Henry d'Aulnois : "Mes filles ont 5 ans et demi et 2 ans, donc elles ne sont pas encore en obligation d'instruction. Mais je teste l'instruction en famille avec la plus grande, depuis qu'elle a 3 ans. J'ai pas mal de moments de panique mais je me dis qu'il est beaucoup plus important de favoriser le fait que mon enfant s'occupe d'elle.
Au début, pour me sécuriser, j'ai acheté des cahiers d'exercices. Puis je me suis rendue compte que ma fille s'intéressait naturellement au français, aux maths, à l'histoire. On lui donne juste des supports : petites expériences, DVD, livres... puis c'est elle qui nous guide. Je ne pose pas d'entraves à sa curiosité."

Quels sont les avantages et les inconvénients ?


Perrine Henry d'Aulnois : "Je préserve la curiosité, l'élan vital et l'autonomie de ma fille. La vie de famille est richissime. Et nous n'avons pas d'obligation à nous caler sur le rythme scolaire : nous pouvons par exemple partir en week-end librement.
Du côté des inconvénients, je dirais qu'il faut être disponible 24h/24 pour répondre aux questions et être constamment vigilante à lui apporter tout ce dont elle a besoin et à s'entourer d'un réseau de parents, d'amis pour ne pas être isolés."

Est-ce à la portée de toutes les familles ?



Perrine Henry d'Aulnois : "Oui et non. Mon "oui" est un peu illusoire mais j'ai envie d'y croire quand-même. Beaucoup de familles qui sont tellement préoccupées par d'autres choses, ne s'en sentent pas capables. Certains enfants ont aussi besoin d'être hors de la famille. Je dirais aussi que cela dépend du niveau "culturel" des parents, pas tant de leur culture générale mais plus de leurs visions des choses, de leurs priorités."

 

Toutes les familles en sont-elles capables ?



Perrine Henry d'Aulnois : "Plus l'enfant grandit, plus il prend son instruction en main. Il ne faut pas non plus oublier qu'on dispose d'un grand nombre de supports : internet, télévision... Mais rien n'empêche de demander à une personne de gérer cela à sa place, d'échanger avec certaines familles pour déléguer quelques matières voire toutes."

 

rã©ville stage enfants 2010 hawai 200 150
Perrine Henry d'Aulnois et son aînée. © Perrine HA

On parle beaucoup de la socialisation de ces enfants. Qu'en pensez-vous ?

 

Perrine Henry d'Aulnois : "On m'en parle souvent mais pour mon aînée, j'ai remarqué qu'elle était aussi à l'aise avec des adultes qu'avec des enfants de tous âges. Et il n'y a pas que l'école pour se sociabiliser, ma fille va à des cours de danse, elle va bientôt inviter des copines. Mais c'est vrai que l'on ne dispose pas d'un réseau "naturel" de parents autour de nous, car je n'échange pas avec eux devant la sortie des classes."

Comment voyez-vous l'avenir de vos enfants ?



Perrine Henry d'Aulnois : "Je ne peux pas vraiment dire. Dans l'idée, on veut continuer comme ça. On mettra en place des projets de vie (stages en entreprise par exemple). Mais on se rendra peut-être compte que si nos enfants ont besoin de techniques spéciales (médecine par exemple), alors on trouvera des solutions. On n'exclut pas quelques années au lycée."

 A lire aussi :