Nouveau carnet de santé : quels sont les changements ?

Pour la première fois depuis 2006, le carnet de santé est mis à jour par le ministère des Solidarités et de la Santé. Parmi les principaux changements : les 11 vaccins désormais obligatoires, l'actualisation des courbes de croissance et l'ajout des nouvelles recommandations destinées aux parents.

Nouveau carnet de santé : quels sont les changements ?
© Igor Daniel - 123RF

Inchangé depuis 2006, le carnet de santé fait peau neuve et sa nouvelle version, dévoilée ce lundi 5 mars par le ministère de la Santé, entrera en vigueur le 1er avril 2018. La mise à jour de ce document officiel ainsi que les certificats de santé qui l'accompagnent se basent "sur les recommandation du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), afin de tenir compte des avancées scientifiques et des attentes des professionnels de santé et des familles", précise le communiqué du ministère de la Santé. La nouvelle version de ce carnet, qui suit les Français de leur naissance jusqu'à l'âge adulte, remplacera donc le modèle actuel délivré lors de la déclaration de naissance. Mais concrètement, qu'est-ce qui change ?

11 vaccins obligatoires. Le principal changement de ce nouveau carnet de santé concerne le calendrier de vaccination. En effet, pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, onze vaccins sont obligatoires en France contre seulement trois auparavant. Ces nourrissons devront donc recevoir des injections contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l'Haemophilus influenzae de type B, l'hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, la rougeole, les oreillons et la rubéole et ce, avant leur deuxième anniversaire.

Nouvelles courbes de croissance. Le nouveau carnet inclut les nouvelles courbes de croissance qui remplacent les anciennes courbes de référence jugées "obsolètes". Ces courbes ont été élaborées par l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à partir de la surveillance de 261 000 enfants (âgés de 0 à 18 ans) et en collaboration avec des médecins généralistes et des pédiatres de toute la métropole. Sans surprise pour les chercheurs, "les nouvelles courbes de taille, de poids et de périmètre crânien se situent au-dessus des courbes précédentes [...] et ces courbes doivent notamment permettre de détecter précocement des maladies chez les enfants apparemment sains". En pratique, le repérage du surpoids et de l'obésité infantile reposera sur le suivi de la courbe de l'IMC et non de la courbe de poids, comme c'était le cas jusqu'à présent. L'interprétation des mesures de taille tiendra quant à elle compte de la taille des parents de l'enfant. Autres nouveautés : l'introduction des courbes de poids et de taille différentes pour les garçons et les filles pour la période 0-3 ans, des courbes de périmètre crânien entre 0 et 5 ans spécifiques chez les filles et les garçons et la représentation de plus nombreux couloirs de croissance "afin de suivre au mieux les trajectoires individuelles". Enfin, des conseils et des outils d'aide à l'interprétation des courbes sont distillés au fil des pages pour sensibiliser les parents et les médecins à l'importance d'un suivi régulier de la croissance.

Pas d'écran avant trois ans. La santé de l'enfant fait l'objet d'une attention particulière, c'est pourquoi on peut lire, dans le carnet de santé 2018, plusieurs messages de prévention à destination des parents visant notamment à limiter l'exposition des jeunes enfants aux écrans. "Avant trois ans, évitez de mettre votre enfant dans une pièce où la télévision est allumée, même s'il ne la regarde pas", "Ne lui donnez pas de tablette ou de smartphone pour le calmer, pendant ses repas, ni avant son sommeil", préconisent les médecins. Et d'ajouter qu'"interagir directement avec votre enfant est la meilleure façon de favoriser son développement".

Conseils donnés aux parents. Des recommandations, enrichies, réactualisées et permettant de limiter les risques sur la santé, ont été ajoutées par rapport à l'édition de 2006. En voici quelques unes :

  • Si vous ne supportez plus les pleurs de bébé, ne criez pas et surtout, ne le secouez pas : "secouer un bébé peut le laisser handicapé à vie. En cas d'exaspération : couchez-le dans son lit sur le dos, quittez la pièce et demandez l'aide d'un proche ou d'un professionnel" ;
  • Si votre bébé ne pleure pas comme d'habitude ou que rien ne le console, appelez votre médecin ;
  • Si cela est possible, il est préférable de placer le lit de votre bébé dans votre chambre pendant les six premiers mois au minimum afin de "réduire le risque de mort inattendue du nourrisson". Le carnet de santé rappelle que "les lits d'adultes, fauteuils, canapés, poufs ne sont pas adaptés pour le sommeil des nourrissons, y compris pour une courte sieste" ;
  • Pour un environnement sain, veillez à aérer la chambre de l'enfant, mais aussi les autres pièces, 10 minutes tous les jours, même en hiver afin d'éviter "l'accumulation dans l'air de substances chimiques comme les vernis ou colles"

Lire aussi :