Noyades : plus de vigilance à la piscine, à la plage ou au bord du lac

Entre le 1er juin et le 5 juillet 2018, 552 noyades ont été enregistrées et 121 ont été suivies par un décès, selon les résultats de Santé Publique France. L'occasion de rappeler quelques règles de sécurité.

Noyades : plus de vigilance à la piscine, à la plage ou au bord du lac
© Famveldman - 123RF

[Mis à jour le 12/07/18] Santé publique France est en train de réaliser une enquête intitulée "NOYADES 2018" recensant toutes les noyades suivies d'une prise en charge hospitalière ou d'un décès depuis le 1er juin et ce, jusqu'au 30 septembre 2018. Son objectif ? Recenser le nombre de noyés en tous lieux, décrire les caractéristiques des victimes et leur devenir, et renseigner sur les circonstances de survenue de ces noyades, afin de mieux guider les actions de prévention et de réglementation. Les résultats intermédiaires ont été dévoilés ce jeudi 12 juillet. Entre le 1er juin et le 5 juillet 2018, 552 noyades ont été comptabilisées en France et dans les DOM/TOM, et ont été suivies par 121 décès. A noter que le nombre de noyades est supérieur à celui de l'enquête de 2015 (552 contre 332), mais ces dernières sont suivies par moins de décès (121 contre 147). Parmi ces noyades, 227 (soit 41%) sont des noyades accidentelles : 103 ont eu lieu en mer, 70 en piscines (privées familiale ou publiques), 59 en cours ou plan d'eau et 12 dans d'autres lieux type baignoires ou bassins. L'enquête note une augmentation des noyades accidentelles chez les enfants de moins de 6 ans (67 contre 50 en 2015). En France, la noyade est la première cause de mortalité par accident de la vie courante chez les moins de 15 ans, rappelle Santé Publique France sur son site

Lors d'une balade en famille, le dimanche 8 juillet 2018 aux alentours de 19 heures, une fillette de 9 ans et ses frères, deux petits garçons de 10 et 13 ans, sont décédés après s'être noyés dans un lac à Châlons-sur-Saône, en Saône-et-Loire, à un endroit où la baignade est pourtant interdite. Selon les premières informations de l'enquête, les deux plus jeunes enfants auraient été autorisés par leurs parents à "se rafraîchir en se trempant les pieds au bords de l'eau" et "ont dû glisser sur la pente", précise le sous-préfet d'Autun, Eric Boucourt, Et d'ajouter que l'aîné de 13 ans, aurait quant à lui "couru pour leur porter secours et aurait lui-même coulé à pic" dans l'eau du lac à 10°C, profond de 4.50 mètres. Une enquête est en cours afin de déterminer les circonstances du drame. 

Les règles à respecter pour éviter les noyades

Ces dramatiques faits divers sont l'occasion de rappeler les réflexes indispensables pour éviter les noyades. Des accidents dus, la plupart du temps, à un manque de surveillance de la part des adultes. En effet, dans 85 % des cas de noyade, un adulte était présent à moins de 50 mètres, d'autant plus qu'un enfant peut se noyer en seulement trois minutes. Il apparaît ainsi indispensable de surveiller les enfants lors de la baignade à la piscine ou à la mer et de définir un adulte responsable, en permanence, pour surveiller l'enfant, et même s'il a des brassards. Voici les règles de sécurité à respecter :

  • Ne relâchez jamais la vigilance, particulièrement lors des occasions festives et ce, même en présence de plusieurs personnes. A la plage, surveillez vos enfants en permanence et rester toujours avec eux quand ils jouent au bord de l'eau, ou lorsqu'ils nagent.
  • S'il s'agit de votre propre piscine, n'invitez pas un trop grand nombre d'enfants chez vous.
  • Désignez une seule personne responsable de la surveillance afin de ne pas compter les uns sur les autres.
  • Expliquez à votre enfant les dangers de l'eau et veillez à ce qu'il porte en permanence ses brassards (marquage CE et norme NF 13138-1) adaptés à la taille, au poids et à l'âge de l'enfant. Évitez les bouées et autres articles flottants qui ne protègent pas de la noyade.
  • Pendant la baignade, pensez à poser à côté de la piscine : une perche, une bouée et un téléphone pour alerter, si besoin, les secours le plus rapidement possible.
  • "A l'arrêt du bain, dès que les bouées sont ôtées, séchez l'enfant et sortez-le immédiatement de l'enceinte de la piscine. Fermez-en l'accès. Rien n'est plus tentant pour un enfant que de replonger immédiatement dans l'eau" avertissent les professionnels de santé dans "Le guide qui protège les enfants et les nourrissons" de Harmonie Mutuelles.
  • Apprenez à nager à votre enfant dès ses 6 ans dans la mesure du possible.
  • Attention aussi à surveiller votre enfant même lorsque le plan d'eau est minime (baignoire, mare, grosse flaque) car un tout petit peut se noyer dans 20 cm d'eau.
  • Si vous allez à la plage, choisissez des zones de baignades surveillées, où l'intervention des équipes de secours est plus rapide.

Bon à savoir : depuis 2003, la loi "sécurité piscine" qui a instauré l'obligation de poser des barrières homologuées, des couvertures (flottantes ou bâches à barres), des abris (haut ou bas) et des alarmes de piscine (conformes à la norme NF P90-307-1 : 2009) a permis de diviser par deux le nombre de décès de jeunes enfants. Mais pas question pour autant de relâcher la pression. Actuellement, de nombreuses piscines privées enterrées ne sont toujours pas équipées. Les propriétaires encourent bien sûr des poursuites judiciaires, néanmoins il est évident qu'aucun système de sécurité ne se substitue à la vigilance des parents.

Quelles sont les principales causes de ces noyades accidentelles ?

  • Chez les enfants de moins de 13 ans, les deux principales causes sont le manque de surveillance (55 % des cas), et le fait de ne pas savoir nager (47 %).
  • Chez les 13-24 ans, la noyade est survenue le plus souvent en raison des courants (26%) ou d'un épuisement (23 % des noyades).
  • Chez les 25 - 44 ans, la noyade est survenue en raison d'une chute (28 % des cas).
  • Chez les 45 ans et plus, 48 % des noyades étaient la conséquence d'un problème de santé (épilepsie/malaise/malaise cardiaque), avant les chutes (21 %) ou l'épuisement (13 %).

Ces chiffres sont issus de l'étude NOYADES réalisée en 2015. L'enquête "NOYADES 2018", en cours d'élaboration par Santé Publique France, doit publier ses résultats définitifs, notamment sur les principales causes des noyades accidentelles, au mois d'octobre.

Lire aussi :