Défilés Chanel au Grand Palais : retour sur des décors grandioses

Depuis 2005, la maison Chanel investit le Grand Palais et en fait un écrin magistral pour ses nombreux défilés. Retour en images sur les décors toujours plus titanesques qui ont marqués l'histoire de la griffe.

Avant de devenir le théâtre de la création de mode, le Grand Palais est avant tout un monument unique en son genre, érigé pour l'Exposition Universelle de 1900. Situé en plein cœur de Paris, il est reconnaissable à sa nef, la plus grande d'Europe. C'est en octobre 2005 qu'il tape dans l’œil de Karl Lagerfeld, alors en préparation du défilé Chanel prêt-à-porter printemps-été 2006. Auparavant, la maison faisait ses shows aux quatre coins de Paris (rue Cambon, Parc de Saint-Cloud) et du monde (à Shanghai, Monaco ou encore Santa Monica), dans le cadre des collections croisières et métiers d'art. Avec ses 13 500 m² de surface et sa sublime verrière, le lieu est parfait pour allonger la liste des invités et créer un moment magistral, éclipsant tous les concurrents défilant pendant la fashion week. 
Pour la collection et le décor de ce baptême de Chanel au Grand Palais en 2005, c'est l'outil informatique qui inspire le Kaiser. Pour coller au thème, un immense écran d'ordinateur accompagné de son clavier sont commandés et forment l'attraction principale du show. L'effet est immédiat : les invités sont enthousiastes et Chanel tire son épingle du jeu en matière de scénographie. Les équipes de la maison décident alors de poursuivre leur travail au Grand Palais lors du défilé suivant pour finalement ne plus jamais en partir. Au total, plus de 40 shows ont pris place sous la nef, devenant ainsi une véritable tradition.

Une longue histoire de décors colossaux  

Trois fois par an, l'intérieur du Grand Palais se métamorphose selon les inspirations de la griffe.
En 2006, c'est une tour Chanel qui s'érige sous la verrière. Les saisons suivantes, on y découvre des nuages flottants ou encore un nœud papillon géant. La maison monte d'un cran lors du défilé haute couture printemps-été 2008 où, sous les yeux ébahis des spectateurs entrant sous la nef, une veste quatre poches (pièce phare de la maison au double "C") blanche monumentale occupe tout l'espace. Depuis, le curseur mesurant le niveau de folie des décors n'a fait que grimper, défilé après défilé. Lion en cuivre ou encore mappemonde surdimensionnés, véritable iceberg de 265 tonnes transporté de Suède, ferme d'éoliennes, manège à bijoux grandeur nature, maxi bouteilles de Chanel N°5 ou encore théâtre apocalyptique, rien n'arrête le génie créatif du directeur artistique.
Qu'il s'agisse de la rue Cambon, d'une maison de poupée, d'un terminal d'aéroport, d'une brasserie baptisée "Gabrielle", d'un casino VIP, ou même d'un lancement de fusée, tout semble possible pour Chanel. Le budget, quant à lui, ne connaît pas le mot "limite" (se situant cependant approximativement entre sept et dix millions d'euros en 2015, selon BFM Business). 

Chanel, commanditaire de la restauration du Grand Palais

Âgé de plus d'un siècle, le Grand Palais entamera sa première rénovation complète à partir de 2020, date à laquelle il fermera ses portes pour environs quatre ans de gros travaux. Chanel, fidèle à son histoire d'amour avec le monument, s'est rapidement portée volontaire pour s'investir pleinement dans la renaissance du lieu. La griffe va ainsi jouer le rôle de mécène exclusif en consacrant 25 millions d'euros au réaménagement de l'édifice et de ses extérieurs. "Chanel et le Grand Palais ont créé ensemble un lien fort, [il] est beaucoup plus qu'un simple monument au cœur de Paris. Sa remarquable architecture en fait un véritable lieu d'inspiration et de création pour Karl Lagerfeld" souligne Bruno Pavlovsky, président des activités mode de la marque. 
En revanche, nul ne sait où la maison prendra ses quartiers pendant les travaux. Quelle surprise nous réserve encore Chanel ? 

Re-découvrez en vidéo un aperçu des scénographies les plus folles des défilés Chanel au Grand Palais :