Arizona Muse, la beauté moderne

A l'occasion du lancement de Modern Muse d'Estée Lauder dont elle est l'égérie, Arizona Muse a répondu à quelques-unes de nos questions. Son métier, ses valeurs, ses passions, son fils Nikko... Le top se dévoile sans fard.

arizona
Arizona Muse.  © SdP - Estée Lauder 

Pour Modern Muse, le parfumeur Harry Frémont a puisé sa source d'inspiration au travers de la femme contemporaine. Qu'est-ce qui fait de vous une femme moderne ?  
Je pense que les femmes modernes sont dynamiques. Nous pouvons concilier travail, famille tout en restant fidèles à ce que nous sommes et à notre style.

Vous parlez de Jeanne d'Arc comme d'une icône forte. Pourquoi cette référence si française ? Est-ce qu'aujourd'hui, être féminine signifie nécessairement être forte ?
Je pense que Jeanne d'Arc est emblématique. C'est une femme qui a su garder sa féminité, mais qui était assez forte pour mener une armée d'hommes dans la bataille.

Vous êtes désormais une muse d'Estée Lauder. Qu'est-ce que ça signifie pour vous, personnellement et professionnellement ?
C'est "un honneur monumental" d'être une égérie Estée Lauder. Je suis vraiment heureuse de faire partie de cette famille. Tout le monde est si gentil et je suis très chanceuse d'appartenir à une marque d'une telle envergure. Cela compte vraiment beaucoup pour moi.

Selon vous, quelles sont les règles d'or d'une muse ?  
Je pense que la règle d'or d'une muse est d'inspirer la créativité. J'aime insuffler plus d'inspiration dans ma vie ; en ce moment mon inspiration me permet d'apprendre comment agir. 

Avec un tel nom, votre destinée était déjà toute tracée, non ?!
Pas du tout ! Je me sens vraiment bénie et chanceuse. Je ne comprends pas pourquoi toutes ces belles choses me sont arrivées, mais j'espère que cela continuera.

Et votre prénom si beau et original : savez-vous pourquoi vous le portez ? Une véritable invitation au voyage...
Oui, Arizona est l'endroit où je suis née. J'aime mon nom maintenant, mais je le détestais quand j'étais enfant. Il m'a fallu beaucoup de temps pour grandir avec. C'est un grand nom pour une petite fille !

Justement... Née en Arizona, partie vivre à Brooklyn, maintenant à Londres entre autres... Vous avez un petit côté globe-trotteur : est-ce une philosophie de vie ?
Certainement. En tant que modèle, le voyage est une énorme partie de mon travail et j'adore cela. De découvrir de nouveaux endroits et de savoir que le monde n'est pas si grand après tout, c'est l'une des choses dont je suis la plus reconnaissante.

Vous vivez une relation fusionnelle avec votre fils Nikko. Vous dites même que la maternité est l'une de vos sources d'inspiration. Qu'est-ce qu'elle vous insuffle au quotidien ?
Avoir mon fils Nikko m'a appris à concentrer toute mon attention sur le présent et à vivre l'instant. Si je n'ai pas été avec lui toute la journée, je fais en sorte d'éteindre mon téléphone ou de terminer tout ce que j'ai à faire avant que nous soyons ensemble ; et je peux alors lui donner toute mon attention : c'est le moment Nikko.

Vous avez une vie culturelle bien remplie : quelles sont vos références ? Avez-vous un auteur de prédilection ?
J'aime l'art. Je ne suis pas impliquée autant que je voudrais l'être dans l'industrie de l'art en ce moment, mais j'aimerais beaucoup devenir collectionneuse un jour.

Avez-vous un ou plusieurs créateur(s) de prédilection ?   
Certains de mes créateurs préférés sont Balmain, Haider Ackermann, Yves Saint Laurent, et aussi Tregar Delaney. C'est un duo anglais ; des amis qui conçoivent de superbes vêtements avec des tissus de haute qualité. Ils ont une réelle intégrité.