Trop de ménage, tue le... sexe

Mesdames, voici un sondage-cadeau pour votre Jules en cette veille de Saint-Valentin. Ce qu'il démontre ? Plus un homme fait le lit, moins il couche...

Trop de ménage, tue le sexe
© glu - Fotolia.com

Jean-Noël est un féetaud du logis : il nettoie les sols, fait la vaisselle, la lessive (en séparant le blanc de couleurs), brosse le chat, confectionne de délicieux fondants au chocolat, traque la poussière, passe le plumeau et astique... les sanitaires. D'ailleurs, Jean-Nono semble davantage prendre son pied entre les tapis et les meubles du salon qu'au sein du lit conjugal. C'est normal. Selon d'éminents sociologues de l'Université de Washington et de l'Institut Juan March de Madrid, il faudrait choisir entre coup de balais et coup de rein.
C'est en tout cas ce qu'affirme l'étude intitulée "Egalitarisme, travail ménager et fréquence des rapports sexuels dans le mariage" menée auprès de 7002 personnes et publiée dans le numéro de février de la très sérieuse Revue américaine de sociologie.
"Les couples dans lesquels les hommes participent plus aux tâches ménagères généralement faites par les femmes déclarent avoir moins souvent de rapports sexuels. Les couples dans lesquels les hommes participent plus aux tâches traditionnellement dévolues aux hommes (comme "payer des factures, s'occuper de leur voiture, bricoler, jardiner...") font état de rapports sexuels plus fréquents avec une moyenne d'environ 5 fois le mois".
(hum...)

homme menage
Trop de ménage, tue le... sexe © liubomirt - Fotolia.com

Un homme qui cuisine et veille à la propreté de son foyer serait donc moins enclin à faire l'amour qu'un homme libéré de ces mêmes corvées ? Selon les auteurs, il existe "une sorte de scénario sexuel bien défini par le genre, et dans lequel se conduire selon ce genre est important pour la création du désir sexuel et l'accomplissement de l'acte".

Etudes sexistes et serpillière n'ont pas fini de faire jaser dans les chaumières. Ces résultats sidérants tombent quelques semaines après ceux publiés par le centre Nova qui indiquaient que le risque de divorce était plus important lorsque l'homme participait aux activités domestiques...
Avant de revendiquer vous aussi une libido de bidet lorsque vous récurez le baignoire, citez les chercheurs qui sont unanimes pour rappeler que "refuser de participer aux tâches ménagères provoque des conflits dans le couple et l'insatisfaction des épouses". (La migraine aussi, et toc !)