Maltraitance : comment lutter contre toutes les formes ?

Lorsque l'on évoque le mot "maltraitance", on pense en premier lieu à la violence sur les enfants. Pourtant, non seulement les enfants ne sont pas les seules victimes de maltraitance, mais celle-ci peut revêtir d'autres formes que la violence physique. Quels sont les différents types de maltraitance ? Qui touche-t-elle ?

Les différentes sortes de maltraitance

La première maltraitance qui vient à l'esprit est bien entendu la maltraitance physique. Des coups donnés à des enfants "pour leur bien", des patients âgés à qui on fait faire des courses de fauteuil roulant "pour rire", des animaux battus à mort... La maltraitance physique touche des victimes très diverses mais n'est qu'une maltraitance parmi d'autres. La maltraitance psychologique est ainsi plus insidieuse : elle met en oeuvre de la "violence douce", et elle parvient à souvent renverser les rôles, faisant de la victime le coupable à ses propres yeux ! Moins connue et pourtant touchant un grand nombre de personnes fragilisées, la maltraitance financière : facturations abusives, ventes forcées, perception anticipée et contrainte d'héritage, etc. Enfin, dernière forme de maltraitance, qui ne fait pas les gros titres des médias elle non plus : la maltraitance institutionnelle. Elle combine en fait la maltraitance physique et la maltraitance psychologique et a notamment lieu dans certaines maisons de retraite, certains hôpitaux, en raison de conditions de travail difficiles. Les personnels deviennent maltraitants sans vraiment en prendre conscience et à cause du manque de moyens, humains ou financiers. Elle est d'autant plus délicate à combattre...

Quelles sont les personnes victimes de maltraitance ?

Les victimes de maltraitance sont des personnes dans une situation fragile, dépendantes d'autres personnes qui peuvent, consciemment ou inconsciemment, abuser ainsi de leurs pouvoirs. C'est d'autant plus vrai quand une relation affective, d'aide ou de soins, lie la personne maltraitée à son maltraitant... Les publics les plus à risques sont les personnes âgées, les enfants, les personnes handicapées, les femmes (dans le cadre des maltraitances conjugales) et, catégorie à part mais pour laquelle la prise de conscience se fait plus forte au fil des années, les animaux. Une bonne nouvelle, néanmoins, est que le grand public est désormais attentif au problème de la maltraitance, et que, peu à peu, les mentalités et les choses changent... Les gouvernements successifs, soucieux d'agir, ont mis en place des numéros anonymes et gratuits pour signaler les cas de maltraitance : le 3977 pour les maltraitances sur les personnes âgées, le 119 pour les violences sur les enfants, le 3919 pour les violences conjugales...

Actualités

Dossiers