Rachida Dati : sa pirouette à Paris

Rachida Dati renonce à être candidate aux législatives dans la capitale face à l'ancien Premier ministre François Fillon. Palinodie.

Rachida Dati : sa pirouette à Paris
© Christophe Morin / IP3 / MAXPPP

"François Fillon est mal élevé, il veut me piquer ma place (...) Il a un comportement machiste et s'assied sur un engagement du président de la République", lançait, fin janvier, la maire du VIIe arrondissement, plus "déterminée" que jamais à se présenter pour obtenir un siège de député, parlant d'une promesse du président Sarkozy datant de son arrivée comme élue de Paris, il y a trois ans. Et la piquante brunette d'ajouter: "François Fillon a une image très lisse, il fait très bien élevé, il fait très gentil, et bien c'est tout le contraire!"

Volte-face ... ou espoir d'un avenir meilleur à l'UMP ?

Après plu­sieurs mois d'une intense gué­rilla, l'ancienne garde des Sceaux, proche de Jean-François Copé, s'incline fina­le­ment face au chef du gou­ver­ne­ment de Nicolas Sarkozy. "Après l'échec à la présidentielle, notre priorité est de tout faire pour gagner les élections législatives en étant unis et rassemblés. Elue locale, (...) j'aurais pu me présenter et faire battre François Fillon. De nombreuses propositions alternatives m'ont été faites, je les ai refusées...", déclare Rachida Dati, dans un entre­tien à paraître ven­dredi dans Le Figaro Magazine.
"Je ne serai pas de ceux qui parlent d'unité mais ne se l'appliquent pas à eux-mêmes (...) En res­pon­sa­bi­lité, je ne sou­haite pas ajou­ter de la divi­sion à l'échec en me pré­sen­tant dans la cir­cons­crip­tion où je suis pour­tant légi­time", ajoute-t-elle, amère.

La revanche

Nommée en 2007 à la tête du seul ministère sis entre les palaces et les maisons de joaillerie, Rachida Dati s'est érigée en icône de la Sarkozie, période  bling-bling. Maman zélée d'une petite Zohra (née le 2 janvier 2009), Rachida Dati a zappé son congé maternité. Cinq jours seulement après sa césarienne notre diva de la Place Vendôme, svelte et court-vêtue, est retournée travailler, sur des talons perchée... Célibataire et femme panthère, elle a réussi l'amalgame de l'autorité et du charme, mais son retour en fanfare et biberons a aussi suscité la controverse.  Et Rachida Dati a dû renoncer au luxe dans lequel on l'avait projetée. Elle a quitté son maroquin en juin 2009 pour le Parlement européen. Oublié la vedette des gazettes, la star des dîners mondains, le mannequin républicain... L'ex-favorite de l'Elysée a choisi de siéger à la commission des Affaires économiques et monétaires, pour être au "plus près des problèmes actuels". Contrainte à la discrétion par son coach en communication, parachutée sur la  rive-gauche (du Rhin), elle s'est faite discrète dans le cœur de ses compatriotes.

Serait-ce l'heure de retrouver notre star politique ?

Elue femme du XXIe siècle par la Sélection du Reader's Digest, Rachida Dati, 46 ans, se dit "heu-reuse". Toujours mystérieuse sur l'identité du géniteur de sa fille chérie, elle a trouvé son équilibre entre une vie privée enfin apaisée (auprès de l'acteur Vincent Lindon selon la presse people) et des interventions médiatique savamment distillées...
Avec ses déclarations chocs, Rachida Dati se rappelle au bon souvenir des électeurs. Ses apparitions publiques sont-elles des tremplins pour la prise de la capitale ? A-t-elle toujours les élections municipales comme horizon, ou, la tête dans les étoiles, cette stratège au caractère bien trempé rêve-t-elle d'une autre dimension ? Nous devrions le savoir bientôt...

 

Lire aussi :