IVG, un droit pour toutes

Faire pratiquer une IVG (Interruption Volontaire de Grossesse) est probablement l'une des décisions les plus difficiles que peut prendre une femme. Mais si vous n'êtes pas prête à avoir un enfant, que ce n'est pas le moment, vous avez le choix d'interrompre votre grossesse sous certaines conditions. Majeures ou mineures, toutes les femmes ont le droit à l'IVG en France.

Les démarches

Vous avez besoin d'informations sur les démarches à réaliser pour faire pratiquer une IVG ? Plusieurs structures sont à votre disposition : les centres de planification ou d'éducation familiale de votre ville ; les lieux d'information, de consultation et de conseil familial ; les permanences téléphoniques régionales d'information sur la contraception et l'IVG.

IVG, mode d'emploi

Une fois le lieu d'intervention défini pour réaliser votre IVG, voici comment cela va se passer. Avant l'avortement, vous bénéficierez de deux consultations médicales et d'un entretien psychosocial. Ce dernier est obligatoire pour les mineures et facultatif pour les majeures. En fonction de l'avancée de votre grossesse, vous subirez ensuite une IVG instrumentale ou médicamenteuse. Enfin, pour éviter de revivre une nouvelle fois cette situation, un rendez-vous avec un gynécologue sera organisé pour choisir la contraception qui vous convient le mieux.

Les délais pour avorter

En France, le délai pour avorter est de 12 semaines de grossesse, soit avant la fin de la 14e semaine après le début des dernières règles. Les semaines passent très vite lorsque la décision de pratiquer une IVG doit être prise. Il est donc préférable, autant que possible, de garder la tête froide et d'entamer les démarches rapidement.

IVG et anonymat

Les médecins que vous consulterez pour une IVG sont soumis au secret professionnel. Mais seul l'avortement dans un établissement de santé assurant la dispense d'avance des frais garantit le parfait anonymat. Dans les autres structures, la feuille de soins remplie par le médecin ou le centre et le décompte de remboursement transmis à la Sécurité sociale ne peuvent rester anonymes. Bien sûr, tout est fait pour qu'aucune information ne filtre pendant votre interruption volontaire de grossesse.

Plus d'informations sur www.ivg.social-sante.gouv.fr

Actualités IVG

Droit à l'avortement : les sites anti-IVG, bientôt hors-la-loi ?

Dossiers IVG