Les femmes, plus heureuses après le décès de leur époux ?

Selon une étude publiée par NHS Survey, les femmes seraient plus malheureuses que les hommes pendant toute leur vie, sauf à partir de 85 ans, à l'âge où... leur époux est souvent décédé.

Les femmes, plus heureuses après le décès de leur époux ?
© pixinoo/123RF

C'est quand le bonheur ? Selon une étude publiée le 13 décembre par le centre statistique anglais NHS Survey, pour les femmes, c'est souvent... après 85 ans.

Pendant presque toute leur vie, celles-ci seraient moins heureuses que les hommes et leur santé mentale serait plus fragile. Leur bien-être augmenterait graduellement au fil des années pour dépasser celui de ces messieurs dès 85 ans. Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont questionné plus de 8000 adultes sur leur rapport à l'anxiété, la dépression, les activités physiques ou encore la confiance en soi.

Les hommes : un obstacle au bonheur des femmes ?

"Les hommes qui sont seuls, veufs ou divorcés ont plus de chances d'être en dépression. Paradoxalement, chez les femmes, ce sont celles qui sont mariées qui présentent le plus de risques de développer ce trouble mental", explique le Dr Kate Lovett, doyenne du Royal College of Psychiatrists, la principale organisation des psychiatres au Royaume-Uni, au Times

De 45 à 54 ans, près d'un quart des femmes sondées affirmaient avoir des problèmes de santé mentale alors que c'était le cas pour seulement 16% des hommes. Or, à partir de 85 ans, 19% de la gent masculine se dit concernée. contre 14% de la gent féminine. Selon la psychiatre, le veuvage, fréquent à cet âge, serait à l'origine de cette inversion des rôles. La présence d'une femme dans le foyer rassurerait les hommes alors que celles-ci seraient moins dépendantes de leur époux, voire "soulagées" d'avoir moins de responsabilités après leur décès. De là à dire que ces messieurs sont un obstacle au bonheur de la gent féminine, il n'y a qu'un pas.  

Voir aussi :