Mariée à 11 mois, cette jeune Indienne riposte et gagne

Les mariages forcés sont monnaie courante en Inde, où beaucoup de familles voient un intérêt financier à unir leur fille dès leur plus jeune âge. Le sort de Santadevi Meghwal a été scellé lors de son onzième mois. Aujourd’hui âgée de 19 ans, elle est parvenue à faire annuler ses noces.

© capture écran NDTV

[Mise à jour vendredi 23 octobre à 12h] Santadevi Meghwal a finalement obtenu l’annulation de son mariage mardi 20 octobre 2015 comme le rapporte le Daily Mail. C’est le juge des affaires familiales de Jodhpur qui est à l'origine de cette décision. L'Indienne retrouve donc enfin sa liberté après s’être battue pendant trois ans avec l’aide des activistes contre les mariages forcés et grâce au soutien de sa communauté. A l’annonce du verdict, la jeune femme de 19 ans a déclaré : "Je ne croyais pas à ce mariage et j'étais déterminée à me battre pour ma liberté sans jamais baisser les bras. C’est un jour merveilleux."

Les traditions ancestrales en milieu rural sont une véritable plaie pour l’émancipation des jeunes Indiennes : viol collectif comme punition, mariage forcé – bien qu’illégal – dès leur plus jeune âge, mise en exil... autant de traitements arriérés auxquels elles doivent faire face.
Santadevi Meghwal a été mariée dès ses 11 mois à un garçon de 9 ans au Rajasthan, État du nord de l’Inde et fervent traditionaliste. Aujourd’hui âgée de 19 ans et étudiante en art à l’Université de Jodhpur, la jeune fille s’oppose depuis trois ans à cette décision et a commencé à en subir les conséquences. Le conseil de son village, entièrement composé d’hommes, s'en est pris à elle et l'a condamnée à une amende de 21.500 euros que sa famille est incapable de payer.
C’est à 16 ans que Santadevi Meghwal a découvert, sur les dires d’une amie, son mari en train de hurler saoul en pleine rue. L'ado s'est alors empressée de demander des explications à ses parents, comme le rapporte l’AFP : "Pourquoi m'avez-vous mariée comme cela ? J'étais innocente et je n'ai même pas réalisé ce qui m'était arrivé, quel âge est-ce que j'avais alors ?"
Depuis, c’est un combat judiciare quotidien que mène Santadevi Meghwal, qui a trouvé de l’aide auprès de la seule ONG locale spécialisée dans l’annulation des mariages. La jeune fille garde espoir et tient à se marier "après avoir fini [ses] études et gagné [son] indépendance". C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Santadevi Meghwal © NDTV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :