La bisexualité en marche contre les préjugés

Le 23 septembre, ceux qui aiment les femmes et les hommes descendent dans la rue pour célébrer la Journée de la bisexualité et affirmer leur identité face à des stéréotypes toujours trop présents. A cette occasion, quatre associations se sont réunies pour publier une enquête sur cette orientation sexuelle encore mal perçue.

© David Fisher/REX Shutte/SIPA

Mercredi 23 septembre, des drapeaux roses, violets et bleus orneront les rues de Paris. Ces bannières seront brandies par les bisexuels pour montrer leur fierté d'aimer hommes et femmes. Pour accompagner cette journée, les associations Actu Up-Paris, Bi'Cause le MAG Jeunes LGBT et SOS homophobie ont publié la toute première enquête sur la bisexualité en interrogeant plus de 6 000 personnes sur trois ans.
Bonne nouvelle : 85% des sondés reconnaissent que la bisexualité est une "orientation sexuelle comme les autres" et 73% tombent d'accord pour dire qu'elle peut malheureusement amener à des discriminations, ainsi la biphobie est enfin reconnue.
Mauvaise nouvelle : l'étude révèle que les bis sont perçus comme "infidèles, instables, polygames, luxurieux". Les personnes interrogées admettent qu'elles pourraient coucher avec quelqu'un d'attiré par les deux sexes (78%), mais elles sont moins nombreuses à se projeter dans une relation amoureuse (71%) et encore moins à imaginer quelque chose sur la durée (61%). La faute à l'idée négative que se font certains de la bisexualité, pour qui elle est encore considérée comme quelque chose de proche de la nymphomanie. "Comment une personne attirée par les deux sexes peut-elle se contenter d'un seul partenaire ?", "Passe-t-elle son temps à mater tous ceux qui passent ?", "Comment peut-elle rester fidèle alors qu'elle a deux fois plus de tentations ?"... et autres clichés perdurent dans les esprits de biphobes qui s'ignorent (ou non), toujours selon la même enquête.   
Les associations espèrent voir disparaître ces stéréotypes rapidement. On a bon espoir pour les années à venir : à une époque où des personnalités médiatiques et influentes comme Cara Delevingne, Miley Cyrus ou Lady Gaga assument leur bisexualité, le fait d'aimer les deux sexes devrait finir par (enfin) se faire une place dans la société.

Cara Delevingne et sa girlfriend Annie Clark © Rex/Sipa

Voir aussi :