Violences conjugales: une avocate incite les femmes battues à quitter leur conjoint

Après le décès de deux femmes, Cheryl Bau-Tremblay et Samantha Higgins, des suites de violences conjugales, l’avocate Sylvia Schirm tente de persuader les femmes battues de partir loin de leur compagnon.

© gstockstudio

Sylvia Schirm est une avocate canadienne spécialisée en droit de la famille. Elle défend notamment des victimes de violences conjugales et s’est confiée au Journal de Montréal. A la suite de la mort de deux femmes au Québec, Cheryl Bau-Tremblay et Samantha Higgins, elle déclare: " Il faut souvent le répéter, mais il ne faut pas croire qu’on arrivera à changer l’homme avec qui l’on est. Il ne faut pas attendre. Cheryl et Samantha ne pensaient sûrement pas que ça leur arriverait". L’une des deux victimes, Cheryl Bau-Tremblay, âgée de 28 ans, était enceinte de cinq mois. L’avocate explique que "Les femmes enceintes sont les plus à risque. C’est souvent au cours de la grossesse que les premiers coups arrivent. L’homme violent est en général jaloux et possessif. Il n’accepte pas qu’un autre puisse arriver et puisse accaparer sa femme". A la vue de ces atrocités, Sylvia Schirm pousse les femmes exposées aux violences conjugales à fuir leur conjoint sans l'en informer. Il existe des organismes capables de fournir l’aide nécessaire pour un départ et adaptés lorsqu'il y a des enfants. Plusieurs démarches sont à observer avant un départ comme le relaie le Journal de Montréal:

· Documenter au jour le jour tous les évènements de violence ainsi que les témoins s’il y en a pour pouvoir porter plainte

· Ne pas informer le conjoint d'un départ prochain

· Prendre ses cartes d’identité, passeports et ceux des enfants

· Faire des copies du bail, documents d’hypothèque, ou rapports d’impôts car cela aide l’avocat dans ses démarches pour la séparation des biens ou les gardes d’enfants et limite les délais (ne pas prendre les originaux pour ne pas éveiller les soupçons)

· Mettre de l’argent de côté chez des proches ou sur un compte, au cas où le conjoint vide les comptes bancaires

· Prendre les documents d’école des enfants comme les bulletins dans le cas où ils doivent changer d’établissement.

© gstockstudio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :