Valérie M., la "vraie compagne de Charb" ?

Nouveau rebondissement dans l'affaire Charb/Jeannette Bougrab : une femme, Valérie M., présentée par les enquêteurs comme la compagne officielle du dessinateur, a livré son témoignage. Un nouveau personnage dont l'apparition affaiblit la parole de l'ancienne secrétaire d'Etat.

Valérie M., la "vraie compagne de Charb" ?
© BALTEL/SIPA

Après les attentats du 7 janvier et la mort de Charb, l’ancienne secrétaire d’Etat Jeannette Bougrab s’était présentée comme la compagne du directeur de Charlie Hebdo. Un statut que beaucoup ont mis en doute au moment de ses sorties médiatiques, y compris la famille du dessinateur. Plusieurs mois après le drame, Closer révèle des informations qui viennent de nouveau remettre en cause la parole de l'ex-ministre. Le magazine a pu consulter le procès-verbal des auditions ayant suivi les attentats dans lequel les enquêteurs présentent une femme, Valérie M., comme étant la "vraie compagne de Charb".
Celle-ci affirme qu’elle partageait la vie du dessinateur depuis mars 2011. On y apprend qu'elle avait accès à son domicile, dans lequel elle prétend avoir passé les deux nuits précédant l'attentat.
Closer s’est également procuré un courrier adressé aux policiers dans lequel Valérie M. les informe que l’appartement de Charb a été fouillé. Elle y décrit avec une grande précision le bureau du dessinateur. Preuve qu'elle connaît parfaitement les lieux.
Ce nouveau témoignage vient mettre à mal la version de Jeannette Bougrab, déjà affaiblie par Patrick Pelloux. Le médecin urgentiste et chroniqueur de Charlie Hebdo déclarait aux enquêteurs juste après le drame que Charb, qui était pourtant "un de [ses] amis les plus proches", ne lui avait "jamais parlé de Jeannette Bougrab". Les parents et le frère de Charb avaient également formellement démenti "l’engagement relationnel de Charb avec Jeannette Bougrab".
Pour se défendre, la Maître des requêtes au Conseil d'Etat n'avait pas hésité à publier des photos intimes d'elle et du rédacteur en chef du journal satirique, datées du 31 décembre. Plusieurs amis du "couple" avaient alors confirmé sa relation sur les réseaux sociaux et à l'AFP.
Difficile de savoir qui croire. Pour laisser derrière elle cette atmosphère délétère, Jeannette Bougrab partira avec sa fille, May, 4 ans, pour Helsinki, en Finlande, fin août début septembre. Elle y a accepté un poste de conseiller culturel à l’ambassade de France.

Voir aussi :