Femme à chat, femme à tracas ?

Celles qui ont un matou à la maison ont une propension au suicide... Vade retro, Mistigri !

Femme à chat, femme à tracas ?
© AA+W - Fotolia.com

Ils chassent les souris, nous tiennent compagnie, ronronnent sur nos genoux et sont même prêts à nous laisser un coin d'oreiller pour quelques croquettes... "Trop mignons, les minous", dites-vous, la bouche en cœur et des poils partout sur votre gilet ? Les vertus apaisantes, relaxantes, voire thérapeutiques des félins sont aujourd'hui remises en cause par une étude danoise. Sachez, chères propriétaires d'angoras, de gouttières  ou de siamois, que les femmes qui ont des chats se suicident davantage...

Litière et psychiatrie

Le responsable est le Toxoplasma gondii, un parasite que l'on attrape au contact des excréments des félidés (mais aussi en mangeant de la viande pas assez cuite et des légumes non lavés).

chatint
Femme avec un chat roux  sur son épaule © AA+W - Fotolia.com

Environ un tiers de la population mondiale est atteinte (80 % en France) par le parasite en question "qui se loge dans les cellules du cerveau et les muscles, souvent sans produire le moindre symptôme". La toxoplasmose est la plupart du temps bénigne (sauf pour les femmes enceintes séronégatives), mais chez les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies, l'infection peut entraîner des lésions, des troubles du comportement, et des maladies mentales comme la schizophrénie.

Nouveauté

Le travail des chercheurs, mené auprès  45 000 femmes, montre que les femmes atteintes de toxoplamose ont 150% de risque supplémentaire de mettre fin à leurs jours. Teodor Postolache, professeur de Psychiatrie associé à l'Université de Médecine du Maryland, et co-auteur de l'étude citée par le Telegraph, explique "Nous ne pouvons pas dire avec une certitude absolue que le T. gondii provoque la pulsion de mort, mais nous avons trouvé une association prédictive entre l'infection et le passage à l'acte qui nous pousse à continuer nos recherches dans ce sens".

Retomber sur ses pattes

Bref, minet squatte le canapé, regarde avec vous la télé et vous épargne le cafard du dimanche soir... mais il vous fait tourner en bourrique, vous refile ses miasmes et vous pousse à commettre l'irréparable. A bon chat, bon rat : vous ne vous laisserez plus avoir !
 

Lire aussi :