La gestion du temps : un art de vivre

Le temps est le même pour Tous. Notre notion du temps est fonction de notre manière de l’appréhender, de l’utilisation que nous en faisons.

L’anticipation prime l’action. La gestion du temps est essentielle pour notre organisation, tant personnelle que professionnelle.

Tout concilier, vie de Femme, d’Homme, d’Epouse d’Epoux de Parents et vie professionnelle est essentiel pour notre équilibre.

Avoir une vie équilibrée devient le principal objectif de la gestion de notre temps, pour ne pas s’oublier, agir en fonction de ses valeurs, besoins et non réagir en fonction d’autrui, d’un environnement.

Un fonctionnement réactif, nous amène à utiliser notre temps, en position de lutte. Or, plus nous luttons, plus nous perdons notre temps.

Transformer la lutte en ouvrage devient ainsi une priorité pour la gestion de notre temps.

Un ouvrage pour nous respecter, être bienveillant.

Pour œuvrer au meilleur de soi-même, gérer son temps, il est salutaire de définir ses besoins, pas seulement en fonction de tâches à effectuer, voire de contraintes, mais en fonction de ses besoins pour son équilibre personnel. Se rappeler que pour être bien avec les autres, il est nécessaire d’être bien avec soi-même.

Se respecter dans ses besoins, c’est agir pour soi et non réagir pour faire plaisir à autrui répondre à un modèle sociétal.

Nous sommes des êtres uniques, si nous avons envie de faire plaisir et que faire plaisir contribue au bonheur, nous ne devons pas, pour autant, oublier, de satisfaire nos besoins, dans le respect de nos valeurs et de nous faire plaisir.

Se rappeler que ce qui est bon pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre. Personne ne sait mieux que nous ce qui est bon pour nous, nos valeurs, notre rythme.

Oser dire non est une opportunité pour la gestion de notre temps. Le non nous permet de rester fidèle à nous-même, de rester concentrer sur l’essentiel. Nous avons des moments d’écoute, des moments de solitude essentiels à notre équilibre. Nous sommes donc indisponibles et perméables à merci.

Notre temps nous appartient, indisponible à un moment, ne veux pas dire indisponible tout le temps, mais nous avons la possibilité de définir, dans notre temps, la place, le créneau pour répondre ou pas à la sollicitation. Un non n’est donc pas forcément définitif, il peut déboucher sur un oui ultérieur mais au moment opportun pour nous.

C’est une bonne chose, bien souvent, ce qui a été demandé dans l’urgence, dans le tout de suite permet à ceux qui nous entourent de trouver des opportunités de solution. D’ailleurs bien souvent, nous l’avons constaté, une fois disponible le problème est résolu.

Nous créons ainsi l’opportunité à chacun, y compris à nos enfants dans leur apprentissage, de gagner en autonomie, de trouver des solutions.

Gérer son temps évite, également, les conflits. Face à un problème, une colère, nous apportons une réponse, en exprimant, que nous avons entendu et comprenons la demande de notre interlocuteur et que nous lui apporterons réponse, en précisant le moment, pour s’assurer d’une disponibilité commune. Le dialogue, la réponse peut ainsi se faire dans un moment d’apaisement et d’attention pour tous.

Gérer son temps, c’est déléguer, fédérer. Nul n’est parfait en tout et pour tout. Au sein du foyer, créer, avec l’ensemble des membres de la Fratrie un planning avec les tâches, les activités du quotidien de chacun. C’est un outil qui permet à chacun, y compris nos enfants, de se responsabiliser dans la gestion de son temps, d’apprivoiser le fait qu’il y a un temps pour chaque chose. C’est donner à chacun une place au sein du foyer, par la valorisation de ses potentiels, la reconnaissance de ses besoins.

Gérer son temps, c’est également, éviter les pensées ruminantes et ressassantes, comme la peur d’être jugé, de devoir faire en désaccord avec nos valeurs, le sentiment d’être dominé, de ne plus être aimé, le sentiment d’être imparfait, nul, de ne pas arriver à tout faire…

Se rappeler que si nous n’avons pas de bouton arrêt des pensées, nous avons la possibilité de transformer ces pensées négatives par des pensées positives.

Nous ne pouvons pas plaire à tout le monde, nous pouvons seulement exprimer le meilleur de nous-même, pour soi, comme pour autrui. Exprimer le meilleur de nous-même, se respecter et respecter autrui nécessite de se libérer de relations perçues comme négatives, improductives, y compris dans notre fratrie où l’émotionnel nous amène, bien souvent à réagir, plutôt qu’agir. Nous permettons ainsi à chacun la liberté d’être soi. C’est une opportunité pour s’accorder du temps pour soi et/ou d’avoir du temps avec des relations choisies.

Nous pouvons être jugés, cette partie appartient à autrui. Nous n’avons pas de pouvoir sur l’autre, mais à nous de définir ce qui est bon et juste pour nous. Nul être plus important que l’autre. Nous sommes. Le bonheur est subjectif, comme notre temps, il appartient à chacun de nous.

La perfection n’existe pas. Seule la qualité de nos actions à tout instant, est essentielle. La qualité de nos actions est la cohérence entre nos pensées, nos paroles et nos actes. Elle nous permet d’être disponibles dans l’instant. A contrario l’énervement, la colère, la précipitation augmente le stress, génère perte d’attention. La perte de la concentration est une source de perte de temps.

Donner de la valeur à notre temps, c’est visualiser à chaque instant de notre journée, ce qui a été réalisé, plutôt que ce qu’il reste à faire, car il y a toujours quelque choses à faire et se remercier chaque soir, pour au moins trois belles choses vécues, ressenties dans notre journée.

Nous avons le sentiment que le temps s’accélère et pourtant nos journées font toujours
24 heures. Nous le conscientisons par l’expression que le temps passe vite. La valeur du temps réside dans la valeur de l’instant présent. Se centrer sur l’instant présent, c’est en conscience, prioriser ses actions, en fonction de ses besoins, puis savoir séparer l’urgent, le prioritaire, l’indispensable, pour se consacrer à l’essentiel, à ce qui est bon et juste pour soi. C’est ainsi que l’on peut apprécier, savourer l’instant présent, s’apporter de la joie, se libérer du stress et des pressions engendrées par ce qui reste à faire ou à acquérir.

La gestion du temps n’est pas seulement dans la focalisation de nos tâches, mais un art de vivre.