Que fait-on de l'Humain ? Bienvenue dans les Ressources non Humaines.

A l'heure où le monde évolue de plus en plus vite et change constamment, on perd de vue l'essentiel. Les Ressources Humaines ont plus que jamais besoin de se recentrer sur l'Humain. Stop aux annonces d'emploi "copier-coller" et aux questions d'entretien superficielles. Retrouver un peu d'âme et d'ouverture d'esprit ferait le plus grand bien.

J’entends Ressources Humaines mais j’ai parfois bien du mal à voir où est l’Humain. 


Je me rends compte aujourd’hui que j’ai fait une grave erreur étant jeune. Moi et mon innocence pensions qu’il était possible et même bénéfique de choisir sa voie professionnelle sans s’enfermer directement dans une case d’où on ne sortirait jamais. J’avais alors choisi le marketing et avais testé plusieurs de ses facettes - web, évènementiel, produit - afin d’être polyvalente et de pouvoir élargir mon champ d’opportunités. Je regrette maintenant amèrement ce choix. Mais à vrai dire ce que je regrette le plus, c’est le choix que font les entreprises: celui de la facilité. 

Je viens de passer un entretien avec un cabinet de recrutement qui m’a annoncé ne faire que du « copier coller ». L’avenir de l’Humain peut donc être résumé par un simple raccourci de clavier ? Malgré mon insistance sur le fait que je suis polyvalente, que beaucoup de secteurs m’intéressent, et que je préfère me décrire comme une personne organisée avec un esprit très créatif qui recherche toujours le petit plus - plutôt que de m’enfermer dans un titre de poste - il m’affirme qu’il n’enverra mon CV que dans des entreprises du secteur automobile puisque hors stages, c’est bien là ma seule expérience et qu’il doit être crédible. Difficile de croire en son intérêt pour l’Humain ou du moins en son intérêt pour ma personne étant donné qu’en quinze minutes il avait terminé l’entretien sans une seule question destinée à mieux me connaître, et encore moins à savoir ce que j’avais dans les tripes. 

Oui, le constat est triste. En épluchant toutes les offres d’emploi on se rend rapidement compte que si l’on n’a pas fait le même emploi dans le même secteur pendant un certain nombre d’années, alors notre candidature ne sera même pas considérée. Ce qui pose problème lorsqu’on souhaite évoluer ou changer de secteur. Comment faire valoir alors son ingéniosité, sa capacité à percevoir les choses sous un autre angle, son efficacité redoutable, sa vivacité d’esprit… Nos talents, ce qui nous rend uniques et nous fait briller ! Ce qui nous rend finalement et simplement, Humains. 

Si seulement on pouvait nous donner la chance de pouvoir nous exprimer. Si seulement les entreprises pouvaient comprendre que la personne qui coche toutes les cases demandées pour un poste n’est pas forcément celle qui sera la plus à même de briller à ce poste. Si seulement les entreprises pouvaient avoir plus d’audace, plus d’ouverture d’esprit. Si seulement les Ressources Humaines accompagnaient les Humains en cherchant à les connaître et en leur donnant les moyens de s’accomplir plutôt que de se faciliter la tâche à faire du « copier coller ».
 
Si seulement les entreprises comprenaient que le monde a changé et change encore. On s’inspire de la science fiction dans la mode, du design dans la gastronomie… On n’est plus « mono » mais « pluri ». Ce serait tellement plus enrichissant de s’inspirer d’autres secteurs, d’autres expériences, d’autres profils pour penser différemment.

La nouvelle génération ne se met pas dans des cases. La nouvelle génération tente, ose, change, innove. Elle multiplie les expériences, passe d’un secteur à un autre, se remet en question, cherche à faire autrement. Et surtout, la nouvelle génération cherche l’épanouissement au travail. Alors quand on voit les murs et barricades qui se dressent devant nous pour accéder à un poste qui nous motive réellement dans une entreprise qui nous motive réellement lorsqu’on a les compétences et capacités mais qu’elles n’apparaissent pas sur notre CV… Ce n’est pas étonnant que de plus en plus de gens se lancent dans l’entreprenariat. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.