Mettre fin aux violences faites aux filles aujourd'hui, pour des femmes libres demain !

« Il n’existe aucun motif lié au développement, à la religion ou la santé qui puisse justifier de mutiler une fille ou une femme. » Ban Ki-moon, Secrétaire Général des Nations Unies. L’excision est un sujet tabou puisqu’il touche au sexe, à la culture, à la religion. Il n’est pas possible de continuer à ignorer ce phénomène. Parlons-en !


L’UNICEF estime que 125 millions de filles et femmes en Afrique et au Moyen Orient ont subi une forme de Mutilations Génitales Féminines (MGF). En Ethiopie, ce sont près de 23,8 millions de filles et femmes qui en ont été victimes. L’excision, aussi appelée Mutilations Sexuelles Féminines (MSF) ou Mutilations Génitales Féminines (MGF), recouvre toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes sexuels externes de la femme ou autre lésion des organes sexuels féminins. En Ethiopie, 74% des femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi des MGF et près de 25% des filles âgées de moins de 14 ans sont toujours soumises à cette pratique néfaste. Les MGF sont une violation des droits fondamentaux des femmes et des filles, préjudiciable pour leur santé, causant des traumatismes physiques et psychologiques, et pouvant entrainer de sérieuses complications médicales – douleurs, hémorragies, difficulté à uriner, infections dangereuses (y compris le VIH), risques accrus de complications pendant l’accouchement et d’enfants mort-nés - . Cette pratique peut même parfois s’avérer fatale.Les violences envers les filles et les femmes sont largement répandues en Ethiopie. En 2012, près de 50% des femmes en Ethiopie étaient victimes de violences et on estime que 59% des femmes ont subi des violences sexuelles par leur partenaire une fois dans leur vie! (Source Oxfam)
Pour cette raison,  l'Association Un Enfant par La Main et son partenaire local ChildFund Ethiopi cherchent à  mettre fin à cette pratique dangereuse des MGF dans 5 villages du district de Bassona Worana en Ethiopie. Le programme adopte une approche holistique : il entend sensibiliser l’ensemble des membres de la communauté à propos des MGF et des violences envers les filles et les femmes, fournir des formations et des services de renforcement des compétences pour les écoles, les institutions locales et les leaders religieux et proposer également aux exciseuses traditionnelles des formations professionnelles pour qu’elles puissent bénéficier de sources de revenus alternatives.
Mariages précoces, violences sexistes à l’école, excision, asservissement des filles, valorisation des garçons … autant de violences subies par les filles encore aujourd’hui. Protéger les filles et les femmes de ces violences, c'est respecter leurs droits ! 

Alors agissez dès aujourd'hui et aidez-nous à mettre fin aux violences faites aux filles aujourd'hui pour des femmes libres demain !

ités au sein de leurs communautés.
Pour des filles libres et heureuses demain, dites non aux violences faites aux femmes
aujourd
hui
!
Nous comptons sur vous