Apprivoisez votre stress

La confiance en soi, l’estime de soi réduisent considérablement le stress et contribuent à l’épanouissement personnel et professionnel. D'où vient ce manque de confiance en soi ? Comment y remédier ?


Le manque de confiance en soi ressenti dans l’enfance reste présent à l’âge adulte.

On peut définir le manque de confiance en soi, comme la conscience erronée et auto-rabaissante de ses propres capacités à accomplir une tâche.

Le manque de confiance en soi à l’âge adulte se traduit par l’absence d’une image positive de soi, liée aux ressentis négatif vécus, en tant qu’enfant, avec les interactions avec l’entourage, l’environnement proche, le milieu scolaire…
Ce sentiment est renforcé, lorsque l’enfant a grandi dans un environnement, strict et/ou la peur, les angoisses étaient présents. L’enfant répondant favorablement aux comportements de son entourage.

L’adulte a conservé en lui, les reproches, les paroles blessantes, les réactions négatives perçues, qu’elles soient justifiées ou pas, les peurs, les angoisses, ressenties.
Ces souvenirs présents empêchent la spontanéité au moment de se mettre en action dans ses propres décisions et actions.
Les événements sont perçus et vécus comme des agents stressants et stresseurs.
Tous les comportements sont anticipés, afin de s’assurer que les décisions prises, les actions effectuées seront sans conséquences, inhalant tout comportement spontané, instinctif en lien avec son moi profond.

L’adulte est tiraillé entre son cœur et sa raison engendrant une dualité interne, source de stress, liée à une remise en question permanente, une comparaison par rapports aux autres, de questionnements incessants sur le « est-ce que je fais bien, assez, suffisamment ou pas… », vecteurs de négativité, amenant sentiment de dévalorisation et d’incapacité à faire.
Le manque de confiance chez l’enfant puis chez l’adulte se traduit par une mauvaise observation des situations et des attitudes de l’entourage, par la tendance à voir toujours ses propres défauts.

Ces comportements répétitifs entraînent une perte d’assurance et de confiance en soi qui engendrent l’incapacité à faire confiance aux autres, source également de stress.
C’est une réaction logique. On ne peut faire confiance aux autres, quand on ne se fait déjà pas confiance à soi-même. Nous nous servons souvent de nous-mêmes, comme base de référence pour anticiper le comportement d'autrui. La relation à l’autre étant basée sur nos propres repères.
L’ensemble de ses situations peut générer un mécanisme de résignation, d’inhibition extrême, incitant l’adulte à devenir totalement passif, son sentiment étant que tous ses comportements, quels qu’ils soient ont des conséquences désagréables.

Il existe des mécanismes de conditionnement social qui sont parfois extrêmement subtils; en effet, un jeune enfant utilise généralement les réactions et les comportements de ses parents comme référence pour les siens propres. Ainsi, tout comme pour les phobies ou l'anxiété, des parents manquant eux-mêmes de confiance en eux risquent, sans s'en rendre compte, d'induire ce problème chez leur enfant.

Dans le temps, la dévalorisation de soi et la mauvaise image de soi à l’extrême où face à un événement déclencheur douloureux, peuvent être vecteur de dépression.
Le manque de confiance en soi doit faire l’objet d’une attention particulière, chez la personne qui en souffre, pour elle-même et par résonance pour ses propres enfants.

Par cette prise de conscience, toute personne est en mesure de mettre en place des outils, des actions pour lui permettre de se connecter à ses propres ressources pour reprendre confiance en soi, se libérer de son stress, de ses tensions.

Pour reprendre confiance en soi, construire une image de soi positive,  il est salutaire :
- de comprendre les mécanismes à l’origine de cette situation
- d’analyser les croyances et les fidélités qu’elles ont généré
- de se libérer de ses fausses croyances,
- rendre à autrui ce qui lui appartient
- se libérer de la culpabilité
- se libérer du jugement extérieur
- se libérer de son stress
- prendre sa part de responsabilité et rendre à autrui ce qui ne nous appartient pas
- prendre conscience de ses valeurs, ses qualités, ses atouts
- prendre conscience des aspects positifs de sa vie
- d’oser effectuer des actions gratifiantes
- d’oser s’exprimer

C’est une prise de conscience nécessaire pour :
- faire évoluer les concepts dévalorisants en concepts plus réalistes et plus adaptés
- se construire une image physique agréable, par la représentation que l’on a de soi-même
- apprendre à connaître ses propres besoins
- adapter ses croyances en fonction de son moi profond et de ses besoins
- être fidèle à soi-même
- oser se faire plaisir pour soi-même
- accepter sa propre personnalité, avec ses défauts et ses qualités (les points faibles sont aussi nos points forts)
- apprendre à communiquer autrement, avec bienveillance pour soi, pour l’autre
- avoir une autre perception de l’autre
- s’affirmer en tant qu’individu à part entière
- aborder les situations de sa vie comme des expériences évolutives pour soi-même
- oser être et faire

La confiance en soi, l’estime de soi réduisent considérablement le stress et contribuent à l’épanouissement personnel et professionnel.