Un nouveau média philanthropique : le projet Imagine "The humble Heroes"

Frédérique Bedos, 44 ans, ancienne animatrice de télévision à succès, nous apprenait « Comment oser prendre des risques pour vivre une vie plus intense »* en avril dernier sur la désormais célèbre scène des TEDx Talks. Elle qui a radicalement changé de carrière pour se consacrer à son ONG d’information « Le Projet Imagine » (en anglais « The Humble Heroes ») nous fait part de cette nouvelle expérience.



Frédérique Bedos – crédit photo : Bartosz KOLONKO 

Après une brillante carrière comme reporter culturel à  New York, puis animatrice musique lors de grands shows télévisés à Londres puis Paris, pourquoi avoir tout lâché pour monter Le Projet Imagine ?

 

Je n’ai pas la sensation d’avoir tout quitté. Au contraire, je me sens plus journaliste que jamais ! Je n’ai plus aucune barrière et peux désormais traiter tous les sujets qui m’intéressent mais en privilégiant l’angle de l’espérance. Il y a une telle urgence à diffuser à grande échelle ces messages vu le contexte actuel où attentats, agressions en tous genres explosent à tous les coins de la planète. À 40 ans, le puzzle de ma vie s’est assemblé, entrant soudainement en résonnance avec mon enfance si particulière au milieu d’une vingtaine d’enfants tous adoptés du monde entier. Ces splendides valeurs de partage, d’entraide, de solidarité et d’amour qui m’ont sauvée, j’ai ressenti une espèce d’urgence à les mettre en avant dans  la société d’aujourd’hui.

Les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan donnent effectivement aux jeunes une vision angoissante de l’avenir. Comment promouvoir ces valeurs altruistes pour qu’elles parviennent à faire oublier un peu ce côté noir de l’humanité ?

 

Bien sûr, ces évènements furent atroces et la sidération a laissé immédiatement place à de l’angoisse, de la colère. Mais on a pû aussi voir se lever des héros aider les blessés, les protéger ou les transporter. Ce sont ces héros du quotidien qui me touchent à chaque fois et que j’ai envie de mettre sur le devant de la scène. C’est ce que le projet Imagine porte comme valeurs : que nous avons tous en nous cette capacité à nous lever contre la tyrannie, la violence, la noirceur. Je pense que nous sommes à la croisée des chemins, notre monde peut basculer dans l’horreur à tout instant ou au contraire croire en un avenir meilleur en mettant en place à tous les niveaux (politique, médiatique, scolaire, etc.) un discours volontariste dans lequel chacun a un rôle à jouer.

 

Vous définissez le projet Imagine comme une ONG d’information dont le but est d’inspirer pour agir. Pouvez-vous nous en dire plus ?

 

L’idée est d’utiliser la force des médias pour informer autrement  afin d’inspirer chacun à agir. Plusieurs films sont déjà visibles, en ligne sur notre site, et d’autres sont en préparation. Il y a par exemple un 90mn sur Jean Vanier, le fondateur de l’Arche ainsi qu’un 52mn sur un héros de la biodiversité, Pierre Gay, qui protège les espèces animales en voie de disparition. Dans un autre registre, nous avions diffusé pour le 8 mars 2015 le documentaire DES FEMMES ET DESHOMMES » , un film sur l’égalité femme-homme projeté également à l’ONU à New York. 

Nous donnons également des coups de pouce financiers aux projets fédérateurs de liens humains afin de provoquer un cercle vertueux. Et nous participons parallèlement au prochain Vendée Globe, un grand tour du monde à la voile en solitaire, sans assistance et sans escale, avec un magnifique IMOCA 60 qui porte nos couleurs et qui s’appelle « Le souffle du Nord pour Le Projet Imagine » . Ce bateau de course, piloté par un skipper au grand cœur, Thomas Ruyant, sera l’étendard de nos valeurs afin de donner envie au plus grand nombre de s’engager. Vous voyez, tous les sujets porteurs d’éthique, d’égalité et de préservation de notre environnement nous intéressent car ils redéfinissent une humanité libre de faire les bons choix, ceux qui feront que la vie continuera d’être belle sur cette terre.