Les femmes talentueuses ont toutes leur place dans le Who’s Who in France !

Chiffres et anecdotes à l'appui, les femmes les plus talentueuses s'interdisent de réussir aux côtés des hommes et de rayonner .... Et c'est bien dommage !

Le Who’s Who in France, ce sont 22 000 personnalités actives françaises remarquables par leur travail, leur talent et leur savoir-faire dans tous les secteurs d’activité. Leurs biographies consultables sur l’édition Livre ou sur le site whoswho.fr permettent de connaître leur histoire, leurs études et diplômes, leur parcours professionnel, leurs centres d’intérêt, ainsi que leurs coordonnées postales et e-mail. Un outil business et relationnel unique !

 

La part de femmes dans le Who’s Who in France ne fait que progresser. En moyenne aujourd’hui, nous sommes à 20% de femmes dans le Who’Who, et nous sommes montés à 23% pour les nouveaux entrants de l’Edition 2015. Mon rôle n’est surtout pas de faire de la discrimination positive. Le Who’s Who c’est avant tout le reflet des meilleurs talents et savoir-faire français, je ne prendrais donc pas plus une femme qu’un homme, il s’agit surtout de choisir les meilleur(e)s. En revanche, j’ai une vraie volonté que les femmes soient bien représentées dans le Who’s Who, tout comme elles le sont de plus en plus dans la France active. Si ma présence à la direction générale du Who’s Who peut encourager certaines femmes à accepter d’y entrer, c’est tant mieux. Elles sont tout aussi légitimes que leurs homologues masculins !

 

Pour l’anecdote, il arrive que certaines femmes que nous sollicitons nous demandent de faire entrer leurs collègues hommes, voire leur équipe. Une manière de ne pas tirer la couverture à elle. On en revient à l’intelligence émotionnelle et collaborative des femmes... Elles ne désirent pas s’accaparer la vedette, et donc c’est à nous de leur dire : « Mais non, c’est vous qui êtes reconnue comme talentueuse et c’est donc vous que nous souhaitons mettre en valeur». Les hommes se posent moins ces questions… Il faut d’ailleurs bien noter qu’entrer dans le Who’s Who est évidemment gratuit, c’est la garantie de l’objectivité de notre sélection et donc la crédibilité de notre « bible » des plus grands talents français.

 

Suite à mon arrivée au Who’s Who à l’été 2014, je souhaite donner une autre impulsion : celle de faire davantage rayonner les femmes dans la communauté Who’s Who. Nous avons notamment une newsletter grâce à laquelle nos membres peuvent diffuser des tribunes libres auprès de 50 000 leaders d’opinion, et aujourd’hui, nous recevons principalement des textes écrits par des hommes. Mon rôle est donc d’aller chercher des femmes du Who’s Who et de leur proposer d’être mises en valeur autant que les hommes pour que nous soyons à 50/50. Inscrivez-vous à notre newsletter sur le site www.whoswho.fr ou suivez notre fil Twitter @WhosWho_FR pour écouter ceux qui font la France...

 

Enfin, les femmes talentueuses sont présentes dans tous les secteurs, autant que les hommes : elles peuvent être présidentes d’entreprise, de start-up, chercheuses, scientifiques, artisans, mais également avocates, sportives, comédiennes  ou politiques ; cette diversité des talents français hommes et femmes, c’est ce qui fait la force du Who’s Who qui n’a pas d’équivalent sur le marché en terme de sélectivité, d’universalité et de précision des informations. Nous pouvons voir la place des femmes dans toute son immensité, nous ne sommes pas mono secteur, c’est une ouverture passionnante et un outil business et relationnel très riche, accessible à tous.

 

J’essaye d’ailleurs, auprès des jeunes générations féminines (et masculines aussi d’ailleurs), de faire découvrir la variété extraordinaire de ces « rôles modèles » de réussite. Ma vocation est d’aller évangéliser, de montrer qu’il n’y a pas de métiers supérieurs à d’autres, que les femmes ont du talent dans tous les secteurs d’activité, il ne leur reste qu’à choisir leur voie et avancer avec ambition et passion. Pourquoi un homme aurait le droit d’être carriériste, de vouloir réussir, et pas une femme ? Une femme devrait-elle s’excuser d’avoir du talent ?