Avoir conscience de nos préjugés pour ne pas en être esclaves

Le concept de discrimination multiple est né dans les années 80 et consistait à reconnaître l’expérience vécue par les femmes noires. Il s’est étendu plus tard pour considérer toute discrimination fondée sur plus d’un seul critère. Il n’est cependant toujours pas intégré dans les législations des pays ; seul le Royaume Uni dans son Equality Act de 2010 en tient pour la première fois compte dans sa rédaction.

Et pourtant l’étude réalisée par la FRA (Agence européenne des droits fondamentaux) en février 2011, indique « qu’un répondant sur quatre issu d’une minorité ethnique ou de l’immigration au sein de l’UE s’est senti discriminé pour au moins deux motifs au cours des 12 mois précédant l’enquête. Ceux qui font partie des minorités ethniques sont susceptibles de subir en moyenne cinq fois plus de discrimination multiple que ceux appartenant à la population majoritaire. »  

Il faudrait donc tenir compte de cet état de fait pour sanctionner de façon appropriée les agissements multi-discriminatoires, car aujourd’hui lors d’une saisine, il faut choisir un seul motif, même si le cumul devrait logiquement aggraver la faute.

Ces résultats sont à mettre en perspective avec ceux d’une étude réalisée dix ans plus tôt par l’association anglaise Stonewall, qui montre que les personnes ayant des préjugés vis-à-vis d’une minorité ethnique sont deux fois plus susceptibles que la population générale de nourrir des préjugés à l’encontre des personnes homosexuelles et quatre fois plus susceptibles d’en avoir à l’égard des personnes porteuses d’un handicap.

Cette étude montre l’influence prépondérante des parents (30%), de la télévision (26%) et des journaux (22%) sur la façon dont les personnes considèrent les groupes minoritaires. Parmi les personnes qui sont les moins positives envers les personnes d’une autre origine que la leur, 42% citent la télévision comme les ayant le plus influencé, loin devant les journaux (32%) et leurs parents (29%)

C’est donc bien encore une fois dans la lutte au quotidien contre les stéréotypes et préjugés qu’il faut chercher la solution… et les media ont un rôle résolument majeur à jouer dans le changement des regards et des mentalités.

Ainsi s’achève la série de chroniques liées aux dessins qu’Antoine Chéreau a réalisés pour le groupe Randstad France. Son humour nous a permis de donner un premier coup de boutoir contre les stéréotypes, le succès de la campagne de communication que nous avons réalisée en est le témoin. J’espère que vous aurez eu autant de plaisir que nous à les découvrir et qu’elles vous ont permis d’explorer vos propres filtres. Car nous avons toutes et tous des stéréotypes, l’essentiel est d’en être conscient(e) pour ne pas en être esclave.