Je prends en charge mon bonheur – 1ère partie

Pour transformer radicalement votre vie, il est essentiel que vous preniez en charge votre bonheur, vous-même, dès aujourd’hui. Ce doit être votre objectif numéro un. Chantal Rialland nous en dit plus…

Tout le monde rêve d’être heureux. Malheureusement, bien peu d’êtres humains le sont véritablement parce qu’ils ne font absolument pas de leur bonheur leur priorité absolue, « ici et maintenant ». La plupart des personnes sont prises par leurs nombreuses activités, ne cessent de courir  sans cesse et d’avoir « mille choses en tête », sont accaparées pour leurs soucis et ne voient, ni le temps, ni la vie, passer. Totalement happé par le monde extérieur, vous oubliez de veiller à votre propre monde intérieur.

La première erreur est de remettre votre bonheur à plus tard.
Par exemple, vous pensez que vous serez, enfin, heureux ou heureuse pendant vos vacances. Vous aurez le temps de souffler et de profiter de la vie. La perspective du bonheur, uniquement quelques semaines par an, n’est guère réjouissante…
Quand vous êtes enfant, vous rêvez d’être plus grand. Quand vous êtes au lycée, vous rêvez d’être d’avoir votre baccalauréat ou d’accéder à un cursus technique qui vous donnera une qualification professionnelle. A l’université ou en apprentissage, vous rêvez d’être diplômé, enfin libre, autonome, touchant votre premier salaire. Sur le plan personnel, vous rêvez de trouver l’homme ou la femme idéale. Vous rêvez d’avoir votre premier enfant. Puis, souvent, vous rêvez d’avoir un deuxième enfant, voire davantage. En pleine activité professionnelle, vous rêvez d’être à la retraite. Vous aurez enfin du temps pour vous et vous ferez ce qui vous plaît. C’est sans fin…             

La deuxième erreur est de faire dépendre votre bonheur de la résolution de vos problèmes actuels ou des évènements de votre vie.
« Je serai heureuse quand mon fils travaillera bien à l’école », « Je serai heureuse quand j’aurai changé d’emploi », « Je serai heureuse quand j’aurai divorcé », « Je serai heureuse quand je pourrai acheter une maison », « Je serai heureuse quand ma mère sera rétablie », « Je serai heureuse quand j’aurai signé un gros contrat », « Je serai heureuse quand je pourrai voyager », « Je serais heureuse quand j’aurai maigri », etc. 

La troisième erreur est de croire que ce sont les autres qui vont vous apporter le bonheur.
Il est courant, dans notre société qui valorise l’amour passion, de croire que rencontrer « l’âme sœur » est la solution à tous vos problèmes et la voie royale vers le bonheur. C’est une parfaite illusion. Aucun homme, même le plus solide, le plus aimant, le plus attentionné, ne pourra vous rendre heureuse à votre place. Aucun  homme, même le plus tendre et le plus affectueux, ne pourra pas vous apporter le bonheur que vous n’avez pas en vous.
Il en est de même pour un enfant. Jamais un enfant ne vous rendra heureuse si vous ne l’êtes pas déjà en vous-même.

Nous continuerons à explorer ce sujet la semaine prochaine…