Malala, 16 ans et beaucoup d'espoir

Malala Yousafzai prendra la parole au siège de l'ONU pour réaffirmer son engagement dans la lutte pour l'éducation des filles.

Malala, 16 ans et beaucoup d'espoir
© CATERS NEWS AGENCY/SIPA

Le 12 juillet 2013 est je jour du 16e anniversaire de Malala Yousafzai. Il marque aussi le jour de sa première apparition publique sur l'importance de l'éducation. Symbole de résistance aux attaques des extrémistes réactionnaires, Malala, s'est fait tristement connaître après avoir été victime d'une tentative d'assassinat par des terroristes Talibans. Malala a reçu une balle dans la tête et a survécu. Les intégristes lui reprochaient son engagement dans la campagne pour le droit à l'éducation des jeunes filles. Réfugiée en Grande-Bretagne, elle poursuit son combat. Dès lors, le 10 novembre est déclaré le "Malala Day" par l'ONU. 
Huit mois plus tard, 14 jeunes filles sont tuées dans un attentat à la bombe dans un bus en route pour l'Université pour femmes de Quetta, capitale du Baloutchistan. Revendiqué par une branche d'Al-Quaeda, l'horreur s'est perpétuée dans l'hôpital où ont été transportées les jeunes filles après l'explosion. 

Ce 12 juillet accueillera des rassemblements de plusieurs organisations de défense des droits de l'homme et d'ONG dans plusieurs villes pakistanaises dont la capitale, Islamabad.

Malala Yousafzai dénonce les incendies d'écoles pour filles, les agressions et continue sa lutte pour le droit à l'éducation de tous les enfants et notamment des filles. En ce sens, elle prend l'initiative d'une pétition qu'elle présentera au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon. Cette pétition demande à l'AG des Nations Unies de prendre en charge le financement d'enseignants, d'établissements et de fournitures et d'un réengagement à ce que chaque enfant ait le droit à l'éducation en décembre 2015. Elle prendra la parole au siège de l'ONU à New York devant plus de 650 enfants et adolescents issus de 80 pays différents lors d'une journée spéciale intitulée "Les jeunes prennent le contrôle de l'Assemblée Générale". Les plus hauts dirigeants de l'ONU prendront des recommandations en ce sens.
"Je suis devenue une victime des talibans après avoir défendu le droit des filles à aller à l'école. Ces jeunes étudiantes tuées au Pakistan ne menaient aucune action politique et cherchaient seulement à prendre leur envol grâce à l'éducation. Si nous voulons le changement, le progrès, le développement (...) Nous devons nous unir sans attendre".

Signer la pétition

Regarder la vidéo