Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement

najat vallaud-belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du
Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, le 30/08/2012 © WARTNER/20 MINUTES/SIPA

La journée de la Femme : jour de fête, jour de grève, jour de guerre, jour de gloire ou bonjour tristesse ? Jour de combat ! Les droits des femmes régressent partout dans le monde lorsqu'ils ne font pas l'objet de politiques publiques d'envergure. Le ministère des droits des femmes est de retour après 26 ans d'absence. Son action est transversale,  nous agissons dans tous les domaines de l'action gouvernementale ( éducation, sport, santé, culture etc.). Mais je me devais aussi d'insuffler quelque chose de nouveau dans la société : j'ai décidé de mettre en place cette année un grand calendrier "le 8 mars c'est toute l'année !". Des centaines d'évènements, dès demain et sur tout le territoire, auront lieu quotidiennement autour d'acteurs très différents (élus, associations, personnalités, entreprises...) sur des thématiques diverses : lutte contre les stéréotypes, égalité salariale, violences faites aux femmes. L'idée est simple : l'égalité entre les sexes ne se construit plus un jour par an pour se donner collectivement bonne conscience ! L'égalité entre les sexes se fait désormais partout, et toute l'année.

  
 Egalité des salaires, tâches domestiques, éducation des enfants, traitement médiatique... Après 40 ans de féminisme, quels sont, selon vous, les combats qui restent à mener ? Ils sont nombreux. L'égalité salariale reste la grande priorité de ce ministère. Des textes existent, mais n'ont jamais été appliqués. Je m'attache avant tout depuis ma prise de fonction à l'effectivité des lois, à commencer par le décret d'application de la loi de 2010 que j'ai totalement modifié. Il est aujourd'hui entré en vigueur et améliore considérablement la procédure de contrôle des entreprises de plus de 50 salariés. Ces entreprises – comme les plus petites d'ailleurs – nous les accompagnons pour ne pas être dans un " tout coercitif " qui serait contreproductif. Mais si les efforts ne sont pas rapidement réalisés, les sanctions tomberont.
Nous travaillons aussi très activement sur la déconstruction des stéréotypes, et ce dès l'école. Un "ABCD de l'égalité" verra bientôt le jour et permettra dès le plus âge aux enfants de comprendre que chaque sexe n'est pas enfermé dans un rôle prédéfini, que le champ des possibles est aussi large pour un petit garçon ou une petite fille. Cet outil, mis en place avec le ministre de l'éducation nationale, sera expérimenté à la rentrée 2013 dans 5 académies puis généralisé à la rentrée 2014.

Et vous avez raison de parler des médias, leur rôle est déterminant. Il a été demandé au CSA comme à France Télévisions de veiller à mieux réguler l'image des femmes à la télévision, à la radio.

Les domaines d'action sont nombreux, tout cela ne nécessite pas de grandes dépenses et pourtant les effets seront rapidement visibles.

Y a-t-il une actualité en rapport avec les droits des femmes que vous voulez commenter parce qu'elle vous séduit ou vous hérisse ? Les violences faites aux femmes sont hélas tous les jours d'actualité. Voilà un sujet dont tous les citoyens doivent se saisir. On a trop souvent tendance à considérer qu'elles sont de l'ordre du privé, de l'intimité. C'est parce qu'on considère qu'elles relèvent du huis clos qu'on les minimise. Nous allons mener des campagnes de prévention pour que tout le monde prenne conscience qu'il s'agit d'une responsabilité collective.