Journée de la Femme : elles nous en parlent

chantal jouanno
Chantal Jouanno © IBO/SIPA

Femmes politiques, femmes de lois, femmes de médias et femmes artistes nous livrent leurs impressions sur cette journée qui leur est consacrée. Paroles de stars.

Chantal Jouanno, sénatrice UMP de Paris et conseillère régionale d'Île-de-France

La journée de la Femme : jour de fête, jour de grève, jour de guerre, jour de gloire ou bonjour tristesse ? "Bonjour tristesse" : c'est toujours un jour de complainte qui ne devrait pas exister.

Quelle femme pourrait devenir l'emblème du 8 mars ? Malala Yousafzai.

Quelle chanson pourrait en devenir l'hymne ? Je suis un homme de Zazie.

Dans votre carrière, avez-vous parfois considéré votre féminité comme un "handicap" ? Moi non, mes interlocuteurs manifestement oui.

En 2013, ressentez-vous encore des injustices, des preuves de "déconsidération" au quotidien ? Oui, et même peut-être plus qu'avant – je pense notamment au phénomène de l'hypersexualisation des petites filles, des " lolitas " que j'ai étudié dans un rapport parlementaire l'année dernière.

Egalité des salaires, tâches domestiques, éducation des enfants, traitement médiatique... Après 40 ans de féminisme, quels sont, selon vous, les combats qui restent à mener ? Tous : pas un seul de ces combats n'est véritablement gagné, ils avancent à tout petit pas. J'arrêterai le combat lorsque le bouquin The End of Men ne sera plus une fiction !

Quelle mesure concrète pourrait, en France, améliorer la condition de la femme ?
Le changement de l'organisation du temps de travail, la protection des familles monoparentales... il y aurait beaucoup à faire immédiatement.

Et de façon plus personnelle, plus intime, qu'est-ce qui vous donnerait le sourire ? (que votre mari se familiarise avec l'aspirateur, etc...) Que dans un restaurant, on me demande de goûter le vin !

Exiger la parité, en politique notamment, imposer des quotas, n'est-ce pas là un aveu de faiblesse ? Non, au contraire, c'est un passage obligé.

Peut-on être pour l'égalité des sexes, mais jouer les séductrices ? Oui, parce que c'est une arme comme une autre, que les hommes utilisent aussi.

Les caprices de divas, vous en pensez quoi ? Que ce sont des enfants mal élevés qui méritent des fessées.

Y a-t-il une actualité en rapport avec les droits des femmes que vous voulez commenter parce qu'elle vous séduit ou vous hérisse ? L'hypersexualisation : les centaines de messages que je reçois en soutien à ma proposition de loi interdisant les concours de mini-miss me réjouissent. En revanche, le fait que le gouvernement n'ait suivi aucune des préconisations de mon rapport me hérisse.

Et si vous étiez un homme ? Je serais très inquiet !