Les femmes, trop rares à la télévision

Selon une étude du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), les femmes ne sont pas assez nombreuses à intervenir dans les éditions d'information des chaînes et des radios françaises.

Femmes médias parité
© IBO SIPA

Les médias seraient sexistes. Et c'est le CSA qui le dit dans son dernier rapport signé Sylvie Pierre-Brossolette. Le constat est clair : radios et chaînes de télévision manquent de femmes. D'après cette étude, à peine 20 % des intervenants invités sur les plateaux sont de sexe féminin, soit à peine plus d'un point par rapport à l'année dernière (18,9 %). "Si on peut se réjouir de cette augmentation, la place des femmes intervenant dans les sujets des journaux télévisés des chaînes généralistes, qu'elles soient témoins ou expertes, en plateau ou en reportage, reste marginale", a commenté le CSA.
Les chiffres sont évocateurs. Seulement 38,5 % des reportages sont signés par des femmes et la répartition des sujets pose question. Les quelques intervenantes dans les émissions d'information s'occupent principalement des actualités sur la société, la culture, la santé et l'éducation. Les hommes sont quant à eux chargés des sujets sur le sport, la science ou la technique...
Sur le créneau des JT, le constat n'est pas plus réjouissant. Si les femmes ne sont pas absentes, elles occupent essentiellement un rôle de témoin. En général, elles décrivent une situation en tant que mère, ou victime... Les hommes, eux, sont invités pour apporter leur expertise dans un domaine. Ils analysent, expliquent et décryptent.
France 3 est la meilleure élève des chaînes françaises : c'est elle qui laisse le plus de temps de paroles aux femmes avec une part de 22,41 % (contre 17,4 % pour Arte). Un bon point, même si le chiffre reste toujours extrêmement bas.
Pour que ce phénomène change, le CSA mise beaucoup sur la nouvelle loi, adoptée le 15 novembre 2013, qui oblige les chaînes à plus de parité sous peine de sanction. L'écart entre le nombre de membres de chaque sexe ne doit pas être supérieur à un. Il y a encore du boulot !

anne sophie lapix ibo sipa
Selon le CSA, les femmes sont trop rares sur les plateaux télé © IBO SIPA