5 choses à retenir du Parlement du Féminin

Le Parlement du Féminin s'est tenu à Paris le 18 décembre pour débattre d'un nouvel humanisme, porté par des intervenants très inspirants. Voici ce que nous a rappelé cette journée dédiée à l'égalité.

5 choses à retenir du Parlement du Féminin
© Sébastien d’Halloy

Débattre, s'écouter les uns les autres et échanger pour faire avancer les choses. C'est en partie dans cette état d'esprit que s'est tenu le Parlement du Féminin, à Paris. L'événement, qui prenait lieu au sein de l'Opéra Comique, réunissait des interlocuteurs de tous bords, unis par la même certitude : l'égalité est indispensable pour que la société évolue. Pendant toute une journée, ministres, directeurs de grands groupes, entrepreneures ou encore auteurs se sont exprimés sur l'humanisme, la féminité, l'engagement, les victoires de la mixité ou encore leurs combats personnels. De quoi donner l'impulsion nécessaire à la réalisation de grandes choses. On a retenu 5 points essentiels, à noter quelque part pour garder le cap de l'égalité.

  • La sororité est une alliée. "L'une des clés de l'égalité entre les femmes et les hommes se trouve dans le rapport qu'ont les femmes entre elles. Quand on arrêtera d'avoir un a priori de rivalité entre femmes, on pourra faire des choses incroyables", a martelé Marlène Schiappa. La solidarité féminine peut effectivement faire des merveilles, en témoigne l'année 2017.
  • Les nouveaux modèles féminins sont partout. Comme l'a intelligemment rappelé la journaliste et écrivaine Abnousse Shalmani, l'histoire n'ayant pas retenu l'héritage des femmes, il est important de trouver d'autres points de référence que les philosophes, reines ou scientifiques pour parler aux jeunes générations. La pop culture en regorge. Des personnages de séries aux héroïnes intergalactiques, les nouvelles icônes prouvent que les filles peuvent être ce qu'elles veulent, prendre le pouvoir et se sortir de situations délicates. L'égalité est possible.
  • Le féminisme n'est pas un combat exclusivement féminin. L'égalité réelle entre les sexes passe par un combat de tous, à tous les niveaux. Yann Arthus- Bertrand, réalisateur du documentaire Woman (sortie 2019), Cristiano Borean, membre du comité exécutif de Generali, Michel Landel, directeur général de Sodexo ou encore Laurent Vimont, président de Century 21, sont revenus sur leurs engagements, leurs erreurs passées et leurs apprentissages. Inspirant.
  • Les citoyens peuvent faire changer les choses. Dans son élocution largement applaudie, Marlène Schiappa a mentionné le peu de rues au nom féminin (2%). La ministre a également expliqué comment, en tant que maire-adjointe du Mans, elle avait plaidé en faveur d'une meilleure répartition des noms de chaussées en imposant qu'à chaque nouveau "baptême", si une rue héritait d'un patronyme masculin, une autre deviendrait emblème d'une figure féminine. La secrétaire d'Etat à l'égalité en a profité pour préciser que chacun et chacune pouvait interpeller sa municipalité sur ce sujet.
  • La mixité salariale n'apporte que du bon. Dans le milieu professionnel, la parité sera atteinte quand hommes et femmes seront également payés et représentés. Certaines entreprises y parviennent très bien. Plusieurs représentants de grands groupes où la mixité est de rigueur ont expliqué comment la défense de l'égalité au sein de leurs équipes était bénéfique à l'entreprise. Un rappel indispensable.

Voir aussi :