Parité mal ordonnée : le gouvernement économise sur l'égalité ?

Marlène Schiappa a confirmé que le secrétariat d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes allait subir une baisse de son budget dans le cadre du plan de réduction des dépenses publiques, sans toucher aux subventions des associations.

Parité mal ordonnée : le gouvernement économise sur l'égalité ?
© VILLARD/SIPA

[Mise à jour du 26 juillet 2017 à 12h14] Le Secrétariat d'Etat en charge de l'Egalité entre les femmes et les hommes a publié un communiqué pour mettre fin à la polémique, mardi 25 juillet. Le cabinet de Marlène Schiappa maintient qu'il ne touchera pas aux subventions versées aux assocations qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles et déroule la liste des structures concernées par ces aides. "D'autres subventions sont en cours d'attribution ou ont été attribuées", précise le document.

Il n'y a pas de petites économies, mais certaines peuvent faire de grands dommages. C'est ce qu'essaient de faire comprendre les associations féministes au gouvernement, alors que celui-ci a annoncé une coupe dans son budget qui pourrait s'élever à 4,5 milliards d'euros. Marlène Schiappa a confirmé sur LCI que le secrétariat d'Etat à l'Egalité femmes-hommes serait impacté par ce projet de finance. Alors que le budget alloué à l'égalité ne représente que 0,05% du budget global de l'Etat, soit 30 millions d'euros, les associations qui œuvrent auprès des femmes craignent de voir leurs subventions supprimées ou réduites. Reste à savoir à quelle hauteur. 

Sur Twitter puis au micro de France Info, Laurence Rossignol (ancienne ministre en charge de ce portefeuille) a publié une lettre ouverte à Edouard Philippe, auquel est rattaché ledit Secrétariat d'Etat. Elle somme le Premier ministre d'épargner ce budget. "Quel montant pouvez-vous en espérer ? Quelques millions d'euros ! Une nanoparticule dans les 4,5 milliards que vous cherchez, écrit-elle. En revanche, pour des associations déjà en tension, ces quelques millions de baisse des subventions allouées entraîneront mécaniquement la réduction du nombre de femmes accueillies et la fermeture de structures."

Fuite de la note de cadrage

Suite au tollé provoqué par l'annonce, Libération s'est procuré la note de cadrage budgétaire rédigée par Marlène Schiappa. La secrétaire d'Etat précise son "intention de sanctuariser, dans l'exercice du budget 2017, les subventions (...) versées aux associations". Elle insiste également sur la notion prioritaire de ces axes dans sa feuille de route.

Pas rassurées pour un sou, les associations ont apostrophé Emmanuel Macron, afin de "rétablir le budget des Droits des femmes". Ce qui serait la moindre des choses pour un gouvernement qui avait prévu d'en faire une grande cause nationale. 

Voir aussi :