Violences faites aux femmes : de nouvelles mesures pour les combattre en outre-mer

Le Conseil économique, social et environnemental a présenté ses recommandations afin d'empêcher l'augmentation des violences faites aux femmes, plus fréquentes dans les territoires ultramarins français.

Violences faites aux femmes : de nouvelles mesures pour les combattre en outre-mer
©  Fabiana Ponzi

Le Conseil économique, social et environnemental  (CESE) publie, le 29 mars, ses recommandations permettant de lutter contre les violences que subissent les femmes dans les départements d'outre-mer, plus fréquentes qu'en Métropole. Un engagement auprès de la gent féminine qui a commencé en 2014, après une étude menée par Pascale Vion, présidente de la délégation aux Droits des femmes et à l'égalité et consacrée aux abus dont les femmes sont victimes dans ces territoires ultramarins.

Dans son rapport, le CESE rappelle que les femmes sont jusqu'à 9 fois plus susceptibles d'être victimes d'agressions physiques et sexuelles en Nouvelle-Calédonie qu'en Métropole et qu'il y aurait 8 fois plus de cas semblables en Polynésie. Aussi, les violences sexuelles sont très nombreuses en Martinique.

Les membres du CESE souhaitent ainsi "améliorer la connaissance de l'ampleur des violences faites aux femmes dans les outre-mer" à travers plusieurs mesures. L'enquête Virage (Violence et rapport de genre) serait ainsi déployée sur ces territoires, quand un Observatoire territorial des violences sera mis en place. La formation des professionnels sera aussi renforcée, "pour qu'une femme soit bien prise en charge notamment au niveau psycho-trauma", qui concerneront les forces de l'ordre, les médecins mais aussi les employés du domaine juridique. Les plus jeunes seront, à leur tour, sensibilisés aux violences faites aux femmes à travers l'organisation de campagne. Le CESE, qui a débattu et voté pour ces mesures, présentera ces propositions aux ministères des Droits des Femmes et d'Outre-Mer.

Voir aussi :