Le Serment de Paris : une mobilisation internationale pour les droits des femmes

Pour célébrer le 40e anniversaire de la Journée internationale des Droits des femmes, les membres du gouvernement et des personnalités mondiales se sont réunies pour le Serment de Paris. Un texte en faveur d'une action planétaire pour l'émancipation des femmes.

© TRISTAN REYNAUD SIPA

Cette année, la journée internationale de la lutte pour les droits des femmes était placée sous le signe de la révolte. En réaction aux discours rétrogrades et sexistes, de plus en plus fréquents dans les démocraties occidentales, une mobilisation à échelle internationale a été organisée le mercredi 8 mars. En plus des appels à la grève pour manifester d'un ras-le-bol général, le Serment de Paris a réuni plusieurs personnalités en présence du président François Hollande. Laurence Rossignol, Ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, était accompagnée de Jean-Marc Ayrault, Ministre des Affaires étrangères et du Développement International, pour la cérémonie dédiée à la présentation du texte. Ce serment appelle à l'engagement planétaire en faveur des droits des femmes.

Face aux menaces qui pèsent, le Serment de Paris a donné une voix internationale au mouvement "Sexisme, pas notre genre !". ""Nous faisons le serment de soutenir la lutte contre toutes les formes de violences faites aux filles et aux femmes", prône-t-il, entre autres.
Des associations et institutions engagées pour défendre et promouvoir les droits des femmes à travers le monde ont rejoint le mouvement. L'écrivaine et militante québécoise Djemila Benhabib était présente, accompagnée de Pinar Selek, sociologue et féministe turque, de Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde ou encore de Barbara Nowacka, membre du comité "Sauvons les femmes" et politicienne polonaise qui a reçu le Prix Simone de Beauvoir en janvier.

Le 2 mars, c'était la conférence de la campagne "She Decides" qui avait lancé l'appel au combat international avec une levée de fonds. Un projet qui a récolté plus de 180 millions d'euros pour financer les ONG actives dans le domaine de l'IVG, en réponse au décret anti-avortement de Donald Trump. Un petit pas de plus vers l'égalité homme-femme ? 

Voir aussi :