Les femmes appelées à la grève générale le 8 mars

Les organisateurs de la Women's March ont lancé un appel sur les réseaux sociaux pour lancer une grève générale des femmes, à l'occasion de la journée internationale qui leur est dédiée. Le but : rappeler leur importance au sein de la société.

Les femmes appelées à la grève générale le 8 mars
© DARRYL DYCK/AP/SIPA

Les femmes redescendent dans la rue pour une nouvelle opération coup de poing. Après la manifestation mondiale contre l'investiture de Donald Trump, les organisateurs de la Women's March ont annoncé qu'une grève générale des femmes aurait bientôt lieu. Leur but est de montrer à l'administration du président des Etats-Unis qu'elles sont indispensables au bon fonctionnement de la société. Un événement qui sera surnommé "A day witout a woman" et qui sera également en soutien aux minorités.

Une nouvelle mobilisation

Universitaires et militantes féministes veulent organiser "une grève internationale contre la violence masculine et la défense des droits reproductifs", le 8 mars prochain, Journée internationale des droits des femmes. Pour elles, "l'idée est de mobiliser les femmes, y compris les femmes trans et tous ceux qui les soutiennent dans une journée internationale de lutte", comme elles l'ont affirmé dans The Guardian.

Si le combat des femmes a été déclenché par les agissements lourdement controversés de Donald Trump, il veut aussi dénoncer les attaques antérieures à sa présidence : "Les conditions de vie des femmes, (…) n'ont cessé de se détériorer au cours des trente dernières années, à cause de la financiarisation et de la mondialisation des entreprises."

Contre un gouvernement discriminatoire 

Les organisateurs de la Marche des Femmes ont fait part de 10 démarches à entreprendre pendant les 100 premiers jours du mandat de Donald Trump pour contester. Le boycott des entreprises ayant soutenu le président en fait partie : "Dans un moment où nos principes fondamentaux de liberté et d'égalité sont menacés, la Marche des Femmes est engagée dans des actions qui renforcent la communauté, renforcent les liens, soutiennent les entreprises locales, les femmes et les minorités".  

D'autres organisations ont rejoint le mouvement : pour contrer la politique rétrograde du gouvernement américain et en réaction au Muslim Ban, le groupe Strike4Democracy appelle les femmes à ne pas travailler le 17 février, sur son site web : "Arrêter d'attaquer et de discriminer les femmes, musulmans, migrants, groupes raciaux, la communauté LGBTQ (…) Réaliser que la véritable force des Etats-Unis se trouve dans des valeurs d'intégration." Si la grève générale n'a pas encore été confirmée, cette première protestation pourrait connaître un franc succès. Et s'étendre au monde entier ?

Voir aussi :