Le harcèlement de rue devient un délit à Buenos Aires

DROIT DES FEMMES – Un loi pénalisant le harcèlement de rue a été votée le 7 décembre à Buenos Aires. Une avancée nécessaire, mais qui ne fait pas l'unanimité en Argentine.

© 123RF - Joerg Hackemann

Voilà une nouvelle quelque peu rassurante pour un pays où le machisme règne en maître. Dans la capitale de l'Argentine, harceler une fille dans la rue, verbalement ou d'une autre façon, va enfin être considéré comme un délit et sera donc punissable judiciairement. En effet, une loi a été votée par le parlement du district fédéral de la ville le 7 décembre, qui pénalise cette forme de violence. Des comportements inacceptables qui pourront donc être passibles d'une amende allant jusqu'à 1000 pesos (60 euros) ou de dix jours de travail communautaire.  

Le but ? Lutter contre la culture sexiste solidement attachée au pays. Les piropos, petites formules ou interpellations grossières et déplacées faites aux femmes croisées dans la rue, sont tout particulièrement dans le viseur de cette nouvelle loi.

Un combat contre le machisme ambiant qui semble aujourd'hui plus que nécessaire à Buenos Aires. Raquel Vivanco, de l'ONG MuMala (Mujeres de la Matria Latinoamericana) qui défend les droits des femmes latino-américaines, a dénoncé auprès du parlement des chiffres qui font froid dans le dos : "100 % des femmes interrogées ont souffert, dans leur vie, d'un type de harcèlement de rue, 50 % ont souffert de commentaires sexuels explicites et 47 % ont été suivies par un homme sur la voie publique". Elle affirme également qu'en Argentine ,"le fait que les femmes doivent recourir à des stratégies, comme changer de trottoir ou s'habiller discrètement, est une forme de violence sexiste qui illustre l'absence de l'Etat". Des violences extrêmement fréquentes, non prises au sérieux par la police la plupart du temps. Raquel Vivano s'est également exprimée sur le caractère insuffisant de la mesure prise le 7 décembre, en déclarant vouloir "des réponses adéquates dans l'immédiat, mais aussi à long terme".

La route vers l'éradication du sexisme en Argentine commence à être tracée, même si elle reste sans aucun doute encore longue et sinueuse. A noter qu'en France, où 100% des femmes ont déclaré avoir déjà été harcelées dans les transports, le harcèlement de rue n'est toujours pas pénalisé…